fbpx

Entreprenariat au Maroc : L’Etonnant parcours d’un jeune guinéen

Pinterest LinkedIn Tumblr +
  • Sidibé Lanciné Kémoko, un nom à retenir, car l’ambition et le courage l’habitent. Ce natif de la Guinée Conakry s’est investi dans le monde de l’entreprenariat. Son crédo : exporter les produits du terroir marocain vers le reste du continent et dans les pays du Golfe…

De simple « bana bana » : commerçant ambulant, il est engagé comme aide magasinier. Très dégourdi, il finit par se faire des relations qui lui ont permis de se mettre à son propre compte en 2011 en créant une Sarl, dénommée Sidibé Export, une entreprise spécialisée dans le négoce et la vente des produits traditionnels marocains sous le label « Ahlam Rêves » dans les pays du Golfe, notamment Dubaï. « Ahlam Rêves » est un ensemble de produits à base d’huile d’Argane, de Jellaba haut de gamme, de babouches de qualité supérieure. Cela n’aurait pas été possible sans l’ouverture sans précédent du Maroc vers l’Afrique. Ouverture initiée par les multiples déplacements du Souverain marocain dans le continent. Cela a accentué la ruée des hommes d’affaires marocains vers l’Afrique subsaharienne, mouvement qui a beaucoup inspiré le jeune entrepreneur guinéen. C’est alors que Lanciné part à la découverte, fin 2013, des marchés africains. Dans son carnet d’adresses figurent la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Mali. Et il ne compte pas s’arrêter à ces trois pays de l’Afrique de l’Ouest. En venant de signer deux contrats de partenariat au Gabon, il cible déjà l’Afrique Centrale. D’habitude souriant et accueillant, Lanciné ne tarit pas d’éloges sur ses parents qui lui ont inculqué le sens des valeurs, notamment celle du travail, quand on lui pose la question. Il n’oublie pas également le Maroc, « ce pays merveilleux, dit-il, qui m’a ouvert ses bras ». C’est sur le plan social que le jeune manager compte investir pour venir en aide à certains Africains, victimes des affres de l’immigration. Cela se fait par des donations ou des dîners collectifs. Sa dernière initiative concerne la prise en charge totale des funérailles en cas de décès dans la communauté africaine.

Partager.

Répondre