Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Libre-échange : L’Initiative AfroChampions et l’Union africaine accordent leurs violons

Libre-échange : L’Initiative AfroChampions et l’Union africaine accordent leurs violons

Organisation panafricaine qui s’est fixée pour objectif de soutenir le développement de multinationales africaines, l’Initiative AfroChampions, fondée en octobre dernier, vient de franchir un grand pas. Elle a noué un partenariat stratégique avec l’Union africaine pour la promotion de la zone de libre-échange continentale (ZLEC).

En octobre dernier, à Lagos, la capitale économique nigériane, enregistrait le lancement du Club AfroChampions, une nouvelle plateforme d’échanges mobilisant les multinationales africaines en vue d’accélérer l’intégration économique du continent. Porté par l’« Initiative AfroChampions », une organisation présidée par l’ex-chef d’Etat sud-africain Thabo Mbeki, le Club a été lancé à la faveur d’une réunion inaugurale qui a mobilisé de nombreux dirigeants d’entreprises originaires de 13 pays africains, en présence de Yemi Osinbajo, vice-président du Nigeria, de Thabo Mbeki, et de l’ex président Olusegun Obasanjo. Comme pour marquer sa volonté d’apporter des solutions pragmatiques et de faire bouger les lignes sur le dossier de l’intégration africaine, la rencontre permis de mener des réflexions sur deux chantiers importants.

Le premier vise à rassembler les recommandations des multinationales africaines pour la mise en œuvre de la zone de libre échange panafricaine (Continental Free Trade Area), lesquelles recommandations seront soumises à l’Union africaine.

Les débats se sont concentrés en particulier sur la levée des formalités de visas et la facilitation du commerce entre les Etats africains. « Nous avons choisi de travailler sur des questions intéressant tous les Africains. La zone de libre-échange en Afrique nous donnera la possibilité de voyager et de travailler facilement dans tout le continent ; c’est aussi la création de chaines de valeurs régionales, intégrant les PME et développant de nouvelles compétences dans nos pays », a expliqué Aliko Dangote, désigné président du Club.

Faciliter le commerce intra-africain

C’est ainsi que sa Charte vise à définir la contribution des multinationales africaines au développement du continent. «En choisissant de travailler avec les écosystèmes locaux, en soutenant des projets d’infrastructures, en accompagnant l’industrialisation du continent et son entrée dans l’ère digitale, les champions économiques africains peuvent en effet avoir un rôle stratégique» souligne les membres de l’«Initiative AfroChampions». «La Charte des AfroChampions, elle, est un engagement des multinationales africaines pour mieux investir en Afrique, dans des projets à fort impact économique et social. Notre première responsabilité est d’assurer des perspectives et des emplois à notre jeunesse. J’ai été très heureux de constater le consensus sur ce sujet et j’espère bientôt voir de nombreux autres dirigeants d’entreprises signer cette Charte », a ajouté Aliko Dangote.

Lancé sur la base d’une feuille de route claire, le Club AfroChampions avait prévu de faire un point d’étape sur ses travaux au bout de trois mois, soit lors du sommet de l’Union africaine en janvier 2018. Mais plus qu’un bilan d’étape, l’initiative des multinationales africaines pour soutenir le développement du continent, a franchi un grand pas. En effet, elle a noué le 29 janvier 2018 un partenariat stratégique avec l’Union africaine pour la promotion de la zone de libre- échange continentale (ZLEC). 

Ce partenariat permettra à l’Union africaine de présenter aux entrepreneurs africains les bénéfices attendus de la ZLEC tout en donnant à ces derniers la possibilité, via la plateforme AfroChampions, de proposer leurs idées et suggestions pour la mise en œuvre de cet accord.  « Il s’agit d’une démarche pionnière pour l’Union africaine. Nous avons besoin que la ZLEC soit un succès et pour cela, elle doit parfaitement s’adapter aux réalités économiques du continent. En partageant les réflexions de ses membres et leur expérience de terrain, le Club nous permettra de développer des approches pertinentes sur de nombreux sujets techniques – notamment pour ce qui concerne les tarifs douaniers communs, la facilitation des échanges intra-africains et la libre circulation des travailleurs, des biens et des capitaux », a expliqué Albert Muchanga, qui dirige toutes les questions relatives à l’intégration économique intra-africaine, et notamment aux négociations sur la ZLEC au département en charge du Commerce et de l’industrie de l’Union africaine. A noter que ce département et le Comité exécutif de l’Initiative AfroChampions travaillent également à la nomination d’ambassadeurs du secteur privé pour la ZLEC pour accompagner une vaste campagne de mobilisation en faveur de cet accord, à destination tant des gouvernements que du grand public africain. Ces ambassadeurs, qui seront choisis parmi les plus grandes figures de la communauté d’affaires africaine, seront ainsi invités à expliquer comment la ZLEC peut transformer positivement le continent. « Je salue la démarche de l’Union africaine de se tourner vers la société civile pour construire sa politique économique », a précisé Aliko Dangote. « Notre feuille de route est claire et vise à faire de la ZLEC une réforme majeure capable de transformer la vie des africains » a-t-il ajouté.

Les deux nouveaux partenaires veulent aller très vite dans la concrétisation de la ZLEC. En effet, ils commencent dès à présent à préparer un programme de rencontres d’affaires sur la ZLEC, première étape de la campagne d’information, qui se tiendront dans les principaux hubs économiques du continent. Les ambassadeurs du secteur privé pour la ZLEC seront présentés lors de la signature officielle de l’accord relatif à la ZLEC, le 21 mars prochain à Kigali, au Rwanda. Le partenariat entre les deux parties doit se poursuivre au-delà de cette date, afin d’accompagner d’ici à 2020 la mise en place des volets techniques et des protocoles dans les différentes régions du continent.

AfroChampions Libre échange

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*