fbpx

MALI : L’ Ageroute a tenu son 26eme Conseil d’administration

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Durant la journée du jeudi 25 février, l’Agence d’exécution des travaux d’entretien routier (Ageroute) a organisé sa 26ème session ordinaire. L’entretien des routes n’aura été effectué qu’à hauteur de 44% pour raisons sécuritaires.

Cette session est la première de Mme Traoré Zenab Diop fraîchement bombardée Présidente du Conseil d’administration de l’Ageroute. Ses administrateurs n’ont pas caché que le bilan 2020 est acceptable malgré certaines contraintes.

Concernant le programme des travaux à haute intensité de main d’œuvre (UMO), il fut exécuté à plus de 73%. Selon la Présidente du C.A ,au delà du District de Bamako, il s’est étendu aux regions permettant la création de plus de 180.000 emplois. L’Union européenne est partie prenante à hauteur de 4,5 milliards CFA par an. Mention sera faite du programme d’aménagement des pistes rurales du Kaarta, dans la Région de Kayes, financé par le Fonds d’entretien routier. Ainsi, la première tranche des travaux,estimée à un milliard FCFA est exécutée à hauteur de 9,34%. 


Par contre, l’entretien des routes d’intérêt national, financé par le Fonds d’entretien routier pour un montant dépassant  10 milliards CFA, a été exécuté à hauteur de 44%.

Le contexte politico-securitaire a eu raison des perspectives de l’Ageroute selon Mme Traoré. Avec des zones du septentrion occupées par les groupes armés, le programme de réhabilitation de la route RN16 Gao-Gossi au budget de 10 milliards CFA, a été réalisé à hauteur de 3%.

Ancienne ministre des routes, la Présidente Zenab Diop a déploré que le taux de réalisation des travaux soit déficitaire. En cause, le démarrage tardif des travaux d’entretien annuel consécutif à la signature de convention de plusieurs ouvrages délégués et la mobilisation des ressources pour faire face aux paiements des prestataires.  » Les attentes des populations en matière d’entretien routier sont fortes alors que les ressources financières baissent littéralement à cause de l’insécurité appuyée par la pandémie du Covid-19 » alarme celle qui était récemment aux commandes de la tutelle.

Pour clore, son constat sera que les fonds mis à disposition ne permettent pas d’entretenir les 89.000 km de routes du Mali. Les administrateurs sont invités à procéder à une analyse critique des documents afin de définir une feuille de route en phase avec les aspirations de la transition.

Partager.

Répondre