fbpx

Nigeria : Dangote industrialise pas à pas la filière nigériane de la tomate

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Groupe Dangote procédera incessamment sous peu à l’ouverture d’une usine de transformation de tomates au Nigeria. Cette nouvelle unité aura la capacité de transformer près de 1 200 tonnes de tomates par jour, lui octroyant ainsi le statut de la plus grande usine africaine dans le genre.

La plus grande Usine de tomate d'Afrique du Groupe Dangote à Kano

La plus grande Usine de tomate d’Afrique du Groupe Dangote à Kano

L’implantation d’une usine de transformation de tomates au Nigeria par le groupe Dangote est née suite aux pertes de production engendrées par le manque de valorisation et à l’importation de plus de 300 000 tonnes de concentré de tomates en provenance d’Asie. Au titre de l’année 2013, les pays africains ont produit plus de 18,6 millions de tonnes de tomates, soit une progression de 3,6 % par rapport à 2012. Les trois quart de la production africaine sont concentrés dans cinq pays. L’Egypte est le principal pays producteur avec plus de 8,5 millions de tonnes, soit la moitié de la production du continent. En deuxième position, on retrouve le Nigeria avec 1,6 million de tonnes suivi du Maroc avec 1,2 million de tonnes, de la Tunisie avec 1,1 million de tonnes et de l’Algérie avec 0,9 million de tonnes. La transformation de la tomate revêt un intérêt stratégique pour le Nigeria. En effet, plus de la moitié de la production est perdue par manque d’infrastructures et de valorisation. L’implantation d’une nouvelle unité vise à remédier à cette lacune. Le dysfonctionnement de ce marché est devenu préoccupant au point où il a suscité l’intérêt des politiques. En effet, le candidat à la prochaine élection présidentielle, Mohammad Buhari [désormais président élu à l’instant de la publication en ligne de cet article, ndlr], fait du secteur agricole son cheval de bataille, et a affirmé son intention de suspendre l’importation des tomates afin de valoriser la production locale. Il est à rappeler que Dangote ne propose pas uniquement une usine de transformation mais toute une stratégie pour industrialiser la filière. C’est ainsi qu’il a développé un projet de production d’une variété hybride de tomate, qu’il disséminera auprès des producteurs, pour porter son rendement de 10 tonnes par hectare à plus de 80 tonnes par hectare. A cela s’ajoute l’intention de Dangote d’organiser les producteurs en groupements professionnels pour sécuriser l’approvisionnement de son usine. Finalement, son objectif est de répondre à la demande du marché domestique qui se chiffre à plus de 2,5 milliards de dollars US, dont 30% reste toujours insatisfaite.

Partager.

Répondre