fbpx

Nigeria : Shell va réduire sa voilure dans le delta du Niger

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Selon des sources proches de Shell citées par Ecofin, deux sociétés pétrolières nigérianes – Heirs Oil and Gas et ND Western- s’apprêtent à soumettre une offre au groupe anglo-néerlandais, en vue d’acquérir ses 30 % dans le consortium SPDC.

Ce consortium est l’un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz au Nigeria et opère principalement dans la région du delta du Niger, qui concentre plus de 70 % de la production pétrolière. Dans le tour de table de ce consortium figurent également la société nationale du pétrole (NNPC), qui détient 55 %, TotalEnergies (10 %) et le groupe italien Eni avec 5 %.

La cession concerne les actifs en onshore 

En mai 2021, Shell avait annoncé son intention de céder ses actifs en onshore pour se concentrer sur les périmètres en mer et les opportunités à haute valeur ajoutée en eaux profondes. Une décision consécutive aux actes de vandalisme sur les pipelines de la société, les déversements et les nombreux procès auxquels la société fait face.

Selon le cabinet Wood Mackenzie, les 30 % de Shell sont valorisées à 2,3 milliards de dollars en considérant un baril à 50 dollars sur le long terme. Sachant que le baril s’échange à plus de 100 dollars actuellement, la valeur des parts devrait grimper davantage. TotalEnergies cherche également à céder ses parts dans le consortium, toujours en raison de la situation sécuritaire précaire autour des installations à terre dans le delta du Niger. 

 

 

Partager.

Répondre