Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Port Autonome de Kribi : Un complexe industrialo-portuaire, symbole du Cameroun moderne

Port Autonome de Kribi : Un complexe industrialo-portuaire, symbole du Cameroun moderne

D’un coût global de 6500 milliards de FCFA, environ 10 milliards d’euros, le complexe industrialo-portuaire de Kribi s’étend sur 26 000 ha, intégrant le port, les industries, la ville nouvelle et les infrastructures intégrées.

Parti d’Asie mi-janvier 2018, le “Bianca”, nom de ce bateau long de 335 m pour 90 mille tonnes de jauge brute, est enfin arrivé à Kribi le 2 mars dernier, décharger une partie de sa cargaison, soit 500 conteneurs, sur les 8500 transportés depuis le départ. Y ont été déchargés, des produits de quincaillerie, des matériels liés aux travaux de la Coupe d’Afrique des Nations- CAN 2019 de football qu’organise le Cameroun, du bois, des voitures, entre autres. «À partir de maintenant, ce sera une activité permanente, 24h/24. En termes de perspectives immédiates, la ligne maritime CMA-CGM prévoit déjà une douzaine d’escales. Si l’on tient compte du fait qu’il n’est pas seul, d’autres lignes maritimes s’intéressant au Port de Kribi, très rapidement, il y aura énormément d’activités autour du port de Kribi. Je dois dire que le trafic sur la place portuaire de Kribi va crescendo. Nous avons fait bitumer l’axe qui part de Kribi au site du port dans les normes des routes actuelles au Cameroun et donc, c’est cette route qui va permettre d’évacuer les premiers trafics du port de Kribi», déclare Patrice Melom, le directeur général.

Forte infrastructure

Travaux achevés depuis trois ans, le Port Autonome de Kribi (PAK) attend son inauguration officielle. Mais, l’on sait que cette infrastructure génère de nombreux espoirs. Il  pourrait faire gagner 1,5 % de croissance annuellement au Cameroun. A court terme, la gestion du port entrainera la création de 2000 emplois directs et 2000 autres indirects. A la fin du projet en 2040, l’on projette 20 000 emplois directs et 20 000 emplois indirects. L’avènement de cet investissement structurant qui reçoit des bateaux depuis juin dernier en guise de tests est le plus important de la sous-région Afrique Centrale. Il va modifier en profondeur la configuration de l’économie nationale, notamment la cité balnéaire du sud et son agglomération.

D’un coût global de 6500 milliards de FCFA, environ 10 milliards d’euros, le complexe industrialo-portuaire de Kribi s’étend sur 26 000 ha, intégrant le port, les industries, la ville nouvelle et les infrastructures intégrées. En 2040, le port comportera vingt terminaux sur 6.5 km de linéaire de quai, capable de traiter annuellement 100 millions de tonnes de marchandises. Certains terminaux seront spécialisés. Ce sera le cas de la plate-forme hydrocarbures qui sera reliée à une usine de liquéfaction du gaz réalisée par le groupe français Engie en partenariat avec la Société nationale des hydrocarbures (SNH) pour l’exportation du combustible. L’appontement minéralier favorisera l’évacuation du fer issu du gisement de Mbalam-Nabeba, à la frontière camerouno-congolaise. Les autres terminaux concernent l’aluminium et l’alumine, les minéraux et du gaz naturel liquéfié.

Assurances

Le « Bianca » arrive, après le MediLisbon de la compagnie d’Amico, a accosté au port de Kribi le 22 juin 2017. Ce bateau venait embarquer un  chargement  de 27 500 tonnes de biomasse de l’entreprise Biocam, cette cargaison allait en Irlande pour le chauffage de maisons. Des expériences de chargement et de déchargement qui réconfortent les autorités portuaires du PAK. « Les infrastructures et les équipements sont conformes aux meilleurs standards internationaux. 380 millions d’euros d’investissements – un peu plus de 249 milliards de FCFA sont par ailleurs prévus pour aboutir à une deuxième phase qui permettra d’optimiser la gestion opérationnelle et la productivité de Kribi Conteneurs Terminal.  Ainsi, cette entité pourra à terme opérer des navires de 11 000 EVP et traiter 1,3 million de conteneurs, grâce à un quai de 715 m et un terre-plein de 32 ha, pour une capacité d’accueil de près de trois millions de tonnes permettant d’exporter plus facilement les minerais exploités dans le pays », déclare Daniel Lallemand, directeur général de Kribi Conteneurs Terminal. 

Infrastructures Transport maritime

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*