fbpx

Sommet de Goma : Le Burundi boycotte, le Rwanda hésite

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors que le sommet des Chefs d’Etats, prévu à Goma, Est de la République démocratique du Congo (RDC), ce dimanche 13 septembre, le Burundi a annoncé, dans la soirée de samedi qu’il ne prendra pas part à cette rencontre.

Les présidents ougandais, rwandais, angolais et congolais.

«Suite à leur calendrier chargé, les Plus Hautes Autorités Burundaises ne pourront malheureusement pas participer aux travaux de ce Sommet important, prévu du 09 au 13 septembre 2020 », lit-on dans une note du ministère burundais des Affaires étrangères et de la coopération au développement.

tinmar 970

Se félicitant des excellentes relations d’amitié et de coopération entre le Burundi et la RDC, Gitega estime prioritaire, dans un premier temps, l’organisation d’une rencontre bilatérale au niveau ministériel et reste disposé à discuter avec Kinshasa. Des échanges qui porteront, selon cette note, sur la gestion des questions de sécurité à la frontière commune, la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays, la gestion de la pandémie Covid-19 aux frontières ainsi que d’autres questions d’intérêt commun entre les deux voisins. 

Et de réitérer son engagement à renforcer les excellentes et historiques relations d’amitié et de coopération qui existant entre le Burundi et la RDC.

De son côté, la participation du Rwanda n’est pas aussi confirmée. «C’est difficile de se réunir physiquement dans le contexte de la pandémie de coronavirus sans recourir aux nouvelles technologies », a déclaré Paul Kagame, le Président Rwandais, lors d’une conférence publique, cette semaine. Pour lui, il faut d’autres moyens pour se rencontrer.

La paix en Afrique de l’Est sur l’agenda

Convoqué par le Président congolais Félix Tshisekedi, le sommet des Chefs d’Etats est prévu ce dimanche. Les pays invités sont l’Ouganda, le Rwanda, l’Angola et le Burundi. A l’agenda : la paix et la sécurité dans la région, les relations diplomatiques et politiques entre ces Etats ainsi que la relance des activités économiques dans le contexte actuel de lutte contre le Covid-19.

Ici, on notera par exemple que la RDC a récemment ouvert ses frontières avec le Burundi. Mais, les échanges commerciaux peinent à reprendre parce que la frontière burundaise reste fermée aux Congolais.

Et les relations entre le Rwanda et le Burundi de même que l’Ouganda ne sont pas au beau fixe. Le Burundi accuse le Rwanda d’héberger les putschistes du 13 mai 2015. A son tour, Kigali reproche à son tour Gitega de collaborer avec les groupes Interahamwe, auteurs du génocide de 1994. Le Rwanda accuse aussi l’Ouganda de donner refuge aux opposants du régime.

Lors de la conférence publique animée cette semaine, Paul Kagame, le président rwandais est revenu sur la nécessité de renouer les relations : «Ce n’est pas le seul Rwanda qui a besoin de la paix. Eux aussi en ont besoin. Parfois les frères peuvent être en désaccord. Nous voulons une bonne entente qui profite à tout le monde. »

Ce sommet de Goma pourrait être un point de départ pour une reprise des bonnes relations entre les Etats. «Je ne doute pas que si des telles personnalités se rencontrent physiquement, ça serait très important. Un début d’un processus qui pourrait aboutir à un accord de bon voisinage», analyse un politologue burundais, sous couvert d’anonymat.

Partager.

Répondre