fbpx

Aboubakar Touré, Directeur général de SIE Travaux : «Nous proposons des solutions innovantes adaptées aux besoins de notre marché».

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans l’entretien qui suit, le Directeur général de SIE Travaux, Aboubakar Touré,  revient sur les ambitions de son entreprise en Côte d’Ivoire face à la concurrence intérieure et étrangère. Il lorgne déjà vers les pays de la sous région ouest-africaine

AFRIMAG : Parlez-nous de SIE Travaux. Quels sont les pays du continent où vous êtes aujourd’hui présent ?

SIE Travaux Côte d'Ivoire

Aboubakar Touré, Directeur général de SIE Travaux

Aboubakar Touré : La Société Ivoirienne d’Equipements et de Travaux (SIE Travaux) est une société de droit ivoirien qui évolue dans les secteurs des BTP et de l’hydraulique. 

Concrètement, nous intervenons dans la construction de routes, de tout type d’ouvrages d’art, ainsi que dans l’adduction en eau potable aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural. Nos moyens nous permettent aujourd’hui de nous déployer sur toute l’étendue du territoire ivoirien.

AFRIMAG : Comment a évolué votre cœur de métier ces dernières années ? Les entreprises locales telles que la vôtre y sont-elles plus présentes ?

Aboubakar Touré : Nous évoluons dans un secteur très dynamique qui a vu apparaître au cours de ces dernières années de nombreux acteurs tout aussi compétitifs les uns que les autres. Un fait notable est l’émergence de nombreux acteurs locaux qui assurent une qualité de rendu comparable à celle des multinationales étrangères.

AFRIMAG : Pourriez-vous nous donner des chiffres sur l’impact de vos solutions sur des secteurs  stratégiques tels que l’hydraulique ?

Aboubakar Touré : L’impact de nos actions est notable sur plusieurs plans. Par exemple, nous avons au cours des dernières années acquis une expertise et des références solides notamment dans l’adduction en eau potable couplée aux solutions photovoltaïques. Ceci a particulièrement suscité l’intérêt de plusieurs institutions internationales de renom qui n’ont pas hésité à nous accompagner dans le financement de ces ouvrages adaptés aux zones rurales. Nous continuons de faire des propositions innovantes dans l’intérêt de nos clients.

AFRIMAG : Comment s’inscrit votre action dans la stratégie nationale visant à atteindre une couverture en eau de 100% à l’horizon 2025 ?

Aboubakar Touré : Nos moyens techniques qui ont considérablement évolué depuis nos débuts nous permettent aujourd’hui de relever plusieurs défis notamment dans l’exploitation et la potabilisation des eaux tant souterraines que de surface. Ceci nous permet également d’être en phase avec les ambitions des autorités ivoiriennes de rendre l’eau potable accessible aux populations sur toute l’étendue du territoire national.

AFRIMAG : Quels sont les principales entraves qui subsistent dans votre secteur (BTP et Hydraulique) ?

Aboubakar Touré : Il me paraît important de souligner ici les difficultés auxquelles font face une PME comme SIE Travaux dans un secteur où les coûts d’exécution sont de plus en plus élevés. Comme conséquences, les plus gros marchés du secteur sont de plus en plus accessibles qu’aux multinationales qui elles disposent de moyens financiers plus conséquents. Par ailleurs, la conjoncture économique actuelle n’est pas de nature à rendre les choses faciles à des entreprises aux moyens modestes telles que la nôtre. Enfin, les découpages de plus en plus gros et donc demandant des financements plus conséquents menacent plus que jamais les PME du secteur au profit des «gros joueurs».

AFRIMAG : Comment voyez-vous l’évolution du secteur du BTP dans les années à venir ?

Aboubakar Touré : Le secteur reste fort dynamique et a de beaux jours devant lui à l’échelle du continent, tant les besoins existent et sont importants. Pour donner l’exemple de la Côte d’Ivoire, le pays ne réalise encore qu’une croissance de 10% de bitumage de son réseau routier par an. Le besoin existe donc. Il est cependant important que les dirigeants adaptent ces besoins au contexte existant y compris en favorisant les acteurs locaux afin que ceux-ci profitent également de cette croissance.

 

Partager.

Répondre