fbpx

Afrique : 4 millions USD en appui à l’inclusion financière des femmes

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un programme doté de 4 millions de dollars pour accroître l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises africaines dirigées par des femmes a été présenté récemment à Washington.

Piloté par l’Initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique (AFAWA) relevant de la Banque africaine de développement (BAD) et l’Alliance pour l’inclusion financière, ce partenariat a été soumis aux ministres africains des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du continent, réunis à l’occasion des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Il est destiné, indique-t-on dans un communiqué, à aider les décideurs, les régulateurs et d’autres parties prenantes à élaborer des politiques favorables à l’inclusion financière et profitables aux petites et moyennes entreprises dirigées par des africaines. « Nous espérons, grâce à ce projet, obtenir de meilleures données pour la prise de décisions politiques et une amélioration des capacités techniques des décideurs aux niveaux institutionnel, national et régional. Ces efforts vont permettre d’élaborer des politiques financières et d’établir un environnement réglementaire favorable à l’entrepreneuriat féminin en Afrique », a déclaré la première Vice-présidente de la BAD, Swazi Tshabalala.

316 milliards de dollars de perte en l’absence de financement des femmes

Selon une étude de McKinsey, l’Afrique risque de perdre environ 316 milliards de dollars de PIB d’ici 2025 si les femmes n’ont pas accès aux financements. Cependant, le soutien fondé sur des données probantes et l’assistance technique des institutions de partenariat pourraient aider les gouvernements africains à créer un environnement favorable.

L’an dernier, la BAD, par l’intermédiaire du partenariat AFAWA-Alliance pour l’inclusion financière, a identifié les pays ayant les politiques « les plus progressistes pour accélérer l’inclusion financière ». Outre le Maroc, la République démocratique du Congo, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, la Zambie et le Zimbabwe ont été désignés comme pays pilotes sur la base de plusieurs critères : avoir réalisé des progrès significatifs vers l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes ; disposer des meilleures pratiques pour éclairer le processus d’harmonisation de l’inclusion financière et fournir des orientations politiques afin d’accélérer l’accès ciblé au financement, relève le communiqué.

Le Fonds monétaire international, qui a récemment lancé sa première stratégie en matière d’égalité de genre, a indiqué que la recherche statistique et la collaboration permettront au nouveau partenariat d’atteindre ses objectifs, précise les initiateurs de ce partenariat.

« Nous reconnaissons que la réduction des disparités entre les sexes, en particulier en ce qui concerne l’accès au financement, conduit à une croissance économique exponentielle. Nous encourageons tous les pays à publier des données ventilées par sexe et à trouver des synergies avec de nouveaux secteurs émergents », a déclaré Ratna Sahay, conseillère principale du FMI sur le genre. Selon le communiqué, l’Initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique et l’Alliance pour l’inclusion financière vont mettre en œuvre le programme conjoint dans 35 pays représentés par des institutions membres de l’Union économique et monétaire de l’Afrique centrale, l’Union économique et monétaire Ouest-africaine et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.

Partager.

Répondre