fbpx

Afrique du Sud /Centrales à charbon : Prétoria poursuivie en justice pour mise en danger de la population

Pinterest LinkedIn Tumblr +

A la Cop26, plusieurs pays occidentaux ont annoncé une initiative visant à mobiliser 8,5 milliards de dollars pour aider l’Afrique du Sud à accélérer son passage à des sources d’énergies plus propres.

En attendant, le gouvernement va devoir faire face à une action en justice pour avoir «menacé le droit de la population à un environnement non nuisible à la santé» par ses plans de construction de nouvelles centrales électriques fonctionnant au charbon.

Le ministre de l’Energie Gwede Mantashe et l’Autorité de régulation de l’énergie (Nersa) ont été assignés en justice par trois ONG, en l’occurrence groundWork, African Climate Alliance et Vukani Environmental Justice Movement in Action.

Les plaignants ont d’abord envoyé au ministre et à l’Autorité de régulation de l’énergie une lettre pour leur demander l’abandon du plan prévoyant la construction de 1 500 MW de nouvelles centrales alimentées au charbon.

Le plan présenté en 2019 porte en effet sur la constitution et l’évolution du mix énergétique de la Nation Arc-en-ciel jusqu’en 2030. Il vise à réduire à moins de 60 % la part du charbon dans le mix (actuellement à environ 80 % selon les données officielles), tout en augmentant la part des énergies renouvelables.

Cette action en justice intervient alors qu’un débat clivant sur l’abandon du charbon fait rage en Afrique du Sud. Alors que certains militent pour un arrêt immédiat de la construction de nouvelles centrales au charbon, d’autres penchent plutôt pour une sortie douce.

Partager.

Répondre