fbpx

Afrique du Sud : Un tribunal confirme l’interdiction des levés sismiques de Shel

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Haute Cour de Grahamstown à Makhanda (650 km de Pretoria) a confirmé, jeudi 1er septembre, la décision d’interdiction au géant pétrolier Shell de procéder à des dynamitages sismiques le long de la « Wild Coast » d’Afrique du Sud, une zone jugée écologiquement très sensible.

Grâce à ce jugement, les écologistes et les communautés vivant le long de la côte sauvage du pays où la compagnie de l’énergie Shell compte effectuer son étude sismique à la quête du pétrole et du gaz peuvent, enfin, pousser un grand ouf de soulagement.

Les organisations de défense des droits civiques et ceux qui ont poursuivi Shell en justice ont qualifié la décision du tribunal de «courageuse et très importante». «Le jugement rendu par la Haute Cour de Makhanda offre au gouvernement l’opportunité de reconnaître l’importance de protéger notre vie marine», notent-ils.

Réserves naturelles et zones marines protégées…

«En tant que communautés côtières, nous dépendions de la mer depuis des siècles et nous étions heureuses que le tribunal ait finalement reconnu que nos moyens de subsistance ne pouvaient pas être sacrifiés pour un profit à court terme», s’est enorgueilli Nonhle Mbuthuma, un responsable du Comité de crise d’Amadiba, représentant les intérêts des communautés pauvres et vulnérables de la région.

En janvier dernier, la Haute Cour avait ordonné au géant anglo-néerlandais du carburant de mettre un terme aux tests sismiques qu’il mène depuis le 02 décembre 2021 le long de la « Wild Coast ».

Shell avait, en effet, décidé de lancer un nouveau projet d’exploration sismique sur plus de 6.000 km2, avec une onde de choc toutes les dix secondes au large d’une des plus belles côtes d’Afrique du Sud aux paysages sauvages spectaculaires et comptant plusieurs réserves naturelles et zones marines protégées.

L’étude sismique a déclenché l’indignation du public dans le pays et au-delà. Militants écologistes, communautés de pêcheurs et locaux s’y sont opposés, affirmant qu’il représente une menace sérieuse pour la faune marine.

Partager.

Répondre