fbpx

Afrique subsaharienne : Main basse des négociants suisses sur un quart du pétrole africain

Pinterest LinkedIn Tumblr +

PétroleLes négociants suisses de pétrole possèdent une position hégémonique en Afrique subsaharienne. C’est ce que révèle une enquête exclusive publiée récemment par la Déclaration de Berne (DB) et Swissaid, avec l’organisation américaine «Natural Resource Governance Institute». Les ONG de développement demandent à la Confédération d’augmenter la transparence des transactions dans le contexte de pays producteurs massivement marqués par la corruption. Ce rapport «Big Spenders : Swiss Trading Companies, African Oil and the Risks of Opacity» relève que les négociants suisses font main basse sur un quart du pétrole africain. L’ampleur des achats de brut réalisés entre 2011 et 2013 par les acteurs helvétiques auprès des gouvernements des dix principaux pays exportateurs d’Afrique subsaharienne atteint 55 milliards de dollars US, soit l’équivalent de 12% des recettes budgétaires cumulées de ces Etats. Les négociants se sont aménagés une part de marché de 25% sur le segment très opaque du pétrole mis en vente par les Etats et les compagnies publiques, affirment les ONG suisses. Allant jusqu’à détenir le monopole dans certains pays, les sociétés helvétiques dominent nettement les exportations au Cameroun, au Gabon, en Guinée équatoriale, au Nigeria ainsi qu’au Tchad, indique le rapport. Rappelons que le négociant, pierre angulaire des échanges de matières premières, est l’intermédiaire entre les producteurs (les pays exportateurs) et les consommateurs finals sur les marchés des denrées alimentaires, des hydrocarbures ou des minerais. Son rôle consiste à évaluer les risques d’une transaction entre exploitant et acheteur, sur un marché où l’offre et la demande ne correspondent pas forcément dans l’espace et le temps. Il doit assumer les risques d’une telle transaction, c’est-à-dire assurer le transport, l’affinage, le stockage des matières premières. En contrepartie de ce service fourni au producteur et au consommateur, le négociant dégage un profit, qui correspond à l’écart entre le prix d’achat à l’exploitant et le prix de revente au consommateur.

Partager.

Répondre