fbpx

Afrique subsaharienne : Les raisons d’une molle croissance post-Covid

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après la première récession en 25 ans enregistrée en 2020, l’Afrique subsaharienne s’attendait à un rebond vigoureux, mais elle devra déchanter. D’après les prévisions de la Banque mondiale, les pays au sud du Sahara n’auront droit qu’à une croissance molle, largement inférieure à la moyenne mondiale.

Cette année 2021, les pays d’Afrique subsaharienne ne devraient enregistrer qu’une croissance de 2,7%. On est très loin de la moyenne de 4% lors des deux dernières décennies, entre 2000 et 2019. Visiblement, le continent se remet difficilement de la récession de 3,7% enregistrée lors de la première année de Covid-19.

On est très loin de la moyenne mondiale qui est de 5,6% de croissance prévisionnelle pour l’année en cours. L’économie des Etats-Unis fera un bond de 6,8%, alors que celle de la Chine bénéficiera d’une croissance de 8,5%.
La raison de cette morosité africaine se trouve dans la faiblesse des plans de relance pour des pays jugés moins bancables que le reste du monde. Beaucoup de pays africains sont obligés de courir derrière un moratoire de la dette, voire une annulation qui ne vient jamais. C’est là la grande différence avec les grandes puissances qui ont pu injecter dans leurs économies respectives des milliers de milliards de dollars. Rien qu’aux Etats-Unis, ce ne sont pas moins de 1900 milliards de dollars qui serviront à soutenir la consommation des ménages et les investissements.

Partager.

Répondre