fbpx

Agriculture : OCP Africa et la SFI nouent un partenariat

Pinterest LinkedIn Tumblr +

OCP Africa, filiale du Groupe OCP, s’allie avec la Société financière internationale (SFI/IFC) pour appuyer les agriculteurs en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Cet accord permettra ainsi de renforcer les filières du riz en Côte d’Ivoire et du millet au Sénégal.

La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, annonce ce lundi 28 septembre la mise en place d’un partenariat avec OCP Africa, filiale du Groupe OCP, leader mondial du marché du phosphate et de ses produits dérivés, en vue de renforcer les filières du riz en Côte d’Ivoire et du millet au Sénégal et de contribuer à l’amélioration du niveau de vie de milliers de petits producteurs.

tinmar 970

Ces cultures, indispensables pour garantir la sécurité alimentaire de ces deux pays d’Afrique de l’Ouest, opèrent à des rendements bien inférieurs à leur plein potentiel en raison notamment d’un manque de professionnalisation, de pratiques agricoles inadaptées et d’un accès insuffisant au financement.

Services-conseils au profit de 12 000 agriculteurs 

Dans le cadre de ce partenariat, IFC va fournir des services-conseils aux agriculteurs et aux groupements agricoles membres du programme Agribooster d’OCP Africa avec l’ambition de faire bénéficier, d’ici 2022, près de 12 000 agriculteurs ivoiriens et sénégalais.

L’objectif de ce projet est de renforcer les compétences techniques, financières et managériales des coopératives et d’améliorer les pratiques agricoles en intégrant des solutions intelligentes relatives au changement climatique pour la gestion de l’eau et des sols. Aussi, il vise à accélérer la digitalisation des systèmes de paiements dans les deux chaînes de valeur et le développement d’un outil de notation pour améliorer l’accès au financement des agriculteurs.

«Nous sommes très heureux de ce partenariat avec OCP Africa, fervent contributeur au développement de l’agriculture en Afrique, qui vise à promouvoir une agriculture plus responsable et respectueuse de l’environnement,» souligne Xavier Reille, directeur d’IFC pour le Maghreb.

Pour sa part, Mohamed Anouar Jamali, directeur général de OCP Africa, indique : “ce partenariat concrétise notre vision de libérer durablement le potentiel de l’agriculture africaine à travers une approche holistique, impliquant des acteurs-clés de la chaine de valeur, au profit des petits fermiers”. 

Filiale du Groupe OCP, leader mondial du marché du phosphate et de ses produits dérivés, OCP Africa, avec qui l’IFC a signé en janvier 2020 un accord de principe en vue d’une collaboration renforcée, est un acteur stratégique en Afrique pour le développement d’une agriculture durable et intelligente qui valorise le travail des petits producteurs et renforce la sécurité alimentaire.

 

À propos de OCP Africa 

OCP Africa est une filiale d’OCP S.A., leader mondial dans l’extraction, la valorisation et la commercialisation du phosphate et de ses produits dérivés, notamment les engrais phosphatés. OCP Africa entend contribuer activement au développement agricole du continent africain et envisage de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour y parvenir. Elle développe des solutions d’engrais adaptées aux conditions locales et aux besoins des cultures à travers l’agronomie, la recherche et le développement, le renforcement de capacités et la distribution. OCP Africa travaille avec des partenaires locaux notamment les gouvernements, les organisations à but non lucratif, des institutions de recherche, les entreprises privées pour connecter les petits fermiers aux services, connaissances et ressources agricoles existantes dont ils ont besoin pour améliorer leur productivité et passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture pérenne.

 

À propos d’IFC 

Organisation sœur de la Banque mondiale et membre du Groupe de la Banque mondiale, IFC est la plus importante institution mondiale d’aide au développement dédiée au secteur privé dans les marchés émergents. Nous travaillons dans plus de 100 pays en utilisant notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des marchés et des débouchés dans les pays en développement. Au cours de l’exercice 2019, nous avons investi plus de 19 milliards de dollars dans des sociétés privées et des institutions financières dans les pays en développement, mobilisant les capacités du secteur privé pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée.

Partager.

Répondre