fbpx

Après un boycott, Alger va acheter à nouveau du blé français

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Contraint par les risques d’approvisionnement qui pèsent sur le blé de la Mer noire (Ukraine et Russie) et la proximité du mois de Ramadan, l’Office interprofessionnel des céréales algérien envisage d’autoriser à nouveau le blé français comme origine.

A la suite des tensions diplomatiques entre Alger et Paris, les autorités algériennes avaient attribué majoritairement ses appels d’offres aux fournisseurs de la mer Noire, mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie change la donne.  

Office algérien des céréales

En effet, avec la perturbation des expéditions de ces deux pays qui représentent 30 % du commerce mondial de blé, l’Algérie à l’image des autres pays importateurs de cette céréale est confrontée à la nécessité de trouver des sources alternatives. Dans cette perspective, la France, premier exportateur de blé de l’Union européenne (UE), est une destination de choix pouvant lui permettre d’avoir accès à des volumes importants dans un délai plus court avec la proximité géographique contrairement aux origines plus lointaines. Et selon certains observateurs, le recours à la France comme source d’approvisionnement pourrait bien se maintenir à terme si le conflit dure.  

Pour rappel, les pays du Maghreb dépendent de plus de 60 % des achats sur le marché mondial pour satisfaire leurs besoins de consommation s’élevant en moyenne à environ 11 millions de tonnes par an.  

Partager.

Répondre