fbpx

Bassin du fleuve Congo : Les promesses de la COP26

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une douzaine de donateurs ont annoncé à la COP 26 qui se tient à Glasgow, la  mise en place d’un fonds de 1,5 milliard de dollars US destiné à protéger le bassin du fleuve Congo.

S’étendant sur six pays (Cameroun, RDC, Congo-Brazzaville, République Centrafricaine, Guinée équatoriale et Gabon), le bassin du Congo est considéré comme le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie.

Bassin du Congo, le deuxième poumon de la planète, plus menacé que jamais

Selon un communiqué du gouvernement britannique, hôte de l’événement, ce Fonds sera opérationnel entre 2021 et 2025. Bien que les détails des autres financements n’aient pas été révélés, Londres a déjà annoncé son engagement à hauteur de 409 millions de dollars, pour protéger une zone qui abrite «la deuxième plus grande forêt tropicale du monde est menacée par l’exploitation forestière, minière et agricole industrielle».

Dans la foulée du nouveau Fonds, un accord mondial a été annoncé pour mettre fin à la déforestation, d’ici 2030. Signé par des dirigeants dont les pays comptent pour 85% de la surface forestière mondiale, ce projet nécessitera un investissement de 19,2 milliards de dollars US. De nombreux observateurs restent cependant sceptiques sur la capacité des pays à honorer les promesses faites à Glasgow.

 

Partager.

Répondre