fbpx

Burundi-Chine : Visite du Ministre des Affaires Etrangères Chinois à Bujumbura

Pinterest LinkedIn Tumblr +

 

Dans le cadre de sa tournée en Afrique, Wang Yi, le Conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères a effectué une visite d’une journée, au Burundi, ce samedi 11 janvier 2020.  

 

 

Les Ministres des Affaires étrangères chinois et burundais Wang Yi et Ezéchiel Nibigira

Les Ministres des Affaires étrangères chinois et burundais Wang Yi et Ezéchiel Nibigira

Arrivé à l’aéroport International Melchior Ndadaye, à 11 heures, le chef de la diplomatie chinoise a été accueilli par son homologue burundais Ezéchiel Nibigira et une forte délégation de ses concitoyens établis au Burundi. Un entretien a eu lieu entre les deux diplomates. A la sortie, deux bonnes nouvelles sont annoncées. «Le gouvernement du Burundi vient de bénéficier d’un don de la Chine pour la construction et la réhabilitation de la piste d’atterrissage et de la tour de contrôle de l’aéroport International Melchior Ndadaye», a annoncé à la presse Ezéchiel Nibigira, ministre des Affaires étrangères du Burundi. Il a ensuite ajouté que le financement du terminal sera renégocié ultérieurement.

tinmar 970

Sans dévoiler le  montant, le chef de la diplomatie burundaise a signalé, en outre, que la Chine va financer la construction du  nouveau siège du ministère des Affaires étrangères. Des experts chinois seront à Bujumbura pour y mener des études relatives.

La Chine toujours aux côtés des Burundais

«Wang Yi renouvelle au gouvernement burundais le soutien indéfectible de Pékin dans la lutte contre toute tentative d’atteinte à la souveraineté du pays à travers les ingérences extérieures d’où qu’elles viennent».

De son côté, via son chef de la diplomatie, le Bujumbura affirme soutenir les initiatives prises par Pékin pour mettre un terme aux violences et restaurer l’ordre à Hong-Kong. En outre, Gitega promet son soutien aux mesures initiées par Pékin pour réaliser le progrès dans la lutte contre le terrorisme dans la région autonome de Xinjiang (Shinjiang). Pour Bujumbura, la question de cette région est une affaire intérieure de la Chine. D’après les deux diplomates, les relations diplomatiques et économiques entre les deux pays se trouvent au meilleur niveau de leur histoire . «Nous n’avons aucun doute qu’elles iront toujours de l’avant», a glissé Nibigira.

Avant de terminer sa visite,  le diplomate chinois a rencontré Joseph Butore, deuxième vice-président du Burundi, dans les enceintes du nouveau Palais présidentiel Ntare Rushatsi, un bâtiment récemment construit sur financement chinois.

Partager.

Répondre