fbpx

Commerce international: le Paftrac exige de l’OMC la sauvegarde des intérêts de l’Afrique

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Comité panafricain du commerce et de l’investissement du secteur privé (Paftra) ayant vu le jour en octobre 2018 pour défendre les intérêts des entreprises du continent africain vient d’adresser à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) une feuille de route portant sur la réforme de cette dernière. Il appelle notamment à ce que le développement des pays du continent en soit au centre. Au passage, il dénonce le fait que les subventions agricoles et les barrières non tarifaires soient un obstacle spécifique au développement.

Paftrac, Commerce international, OMC, Organisation mondiale du commerceMis en place grâce à l’Afreximbank, la banque par excellence du commerce international africain, le Paftrac a visiblement mis le doigt sur l’un des plus grands problèmes du commerce international et qui doit absolument être résolu dans le cadre de la réforme de l’OMC. Il s’agit en l’occurrence de ne pas laisser sur le bord de la route, les pays moins développés dont font partie les pays du continent, en leur permettant notamment de profiter des échanges mondiaux.

tinmar 970

Ne pas laisser l’Afrique sur le bord de la route

Ainsi, lors d’une réunion tenue au Caire, le 11 septembre courant, cette association panafricaine a diffusé un document de synthèse appelant à un large éventail de réformes et destiné notamment aux Etats membres de l’OMC et aux huit candidats présélectionnés au poste de Directeur général de l’OMC.

 

AfreximbankPour la réalisation d’un tel document il a fallu mener une enquête auprès de « 200 dirigeants africains du secteur privé », mais également des consultations multiples entre les membres du Paftrac et les partenaires institutionnels. Un certain nombre de recommandations ont été faites pour assurer une croissance du commerce mondial plus équitable pour tous.

Le Paftrac note surtout que le fait d’ignorer « la voix de l’Afrique et des économies émergentes aura des conséquences dramatiques pour l’OMC à un moment où le multilatéralisme s’estompe ».

Inquiétudes

Et il faut dire que le Paftrac a toutes les raisons de s’inquiéter, au vu de l’évolution récente du commerce international et surtout de la part de moins en moins importante qu’en représente le continent. Un constat qui n’a pas échappé à Benedict Oramah, Président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

Selon lui, «L’Afrique joue un rôle important mais largement sous-estimé dans l’économie mondiale. La part mondiale du commerce de l’Afrique était tombée de 4,4% en 1970 à 2,5% aujourd’hui, tandis que la part de l’Asie était passée de 7,7% à 20% au cours de la même période ». Et d’ajouter: « Des marchés fragmentés et des contraintes persistantes du côté de l’offre, des barrières tarifaires douanières et des normes très strictes sur les produits finis africains, concourent à limiter le potentiel du continent à progresser dans le commerce mondial ».
Par ailleurs, selon toujours ce document, « les questions de développement doivent être au centre du programme de réformes de l’OMC ».

C’est pourquoi, à juste titre, « les pays africains exigent un traitement spécial et différencié qui leur permette plus de flexibilité et des marge de manœuvre suffisantes pour soutenir leurs industries locales et faire progresser ainsi le développement du continent ».

Et à juste titre, compte tenu de la prochaine entrée en vigueur de la Zlecaf, les prochaines négociations multilatérales ne doivent en aucun cas être un frein à cette zone africaine de libre-échange.

——————————————————
Le Paftrac, pour l’intérêt du commerce et de l’investissement en Afrique

PAFTRAC réunit les dirigeants africains du secteur privé et fournit une plateforme de plaidoyer unique réunissant le secteur privé africain et les décideurs africains pour soutenir le commerce, l’investissement et les entreprises panafricaines extra et intra-africains.
La plateforme produit des résultats panafricains en fournissant un cadre pour l’engagement du secteur privé dans les questions de commerce et d’investissement en Afrique, y compris la formulation de politiques et les négociations commerciales pour soutenir les économies africaines conformément aux ambitions de l’Agenda 2063 : « L’Afrique que nous voulons ».
PAFTRAC renforce le plaidoyer et soutient les actions politiques et les recommandations du secteur privé sur le commerce et les problèmes d’investissement aux niveaux national, les corridors commerciaux, régionaux et multilatéraux.

——————————————————

Partager.

Répondre