fbpx

Covid-19 : Le chômage explose au Maroc, mais une forte croissance attendue en 2021

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Comme la plupart des pays du continent mais aussi ceux des voisins européens, l’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour le Maroc. Mais, de son côté la Banque mondiale prévoit une très forte croissance pour l’année en cours.

Ce ne sont pas moins de 432.000 emplois qui ont été perdus en 2020 dans le royaume chérifien, à cause des mesures sanitaires contre la pandémie du Covid-19. Un niveau de chômage qui est une des conséquences économiques de cette pandémie, mais aussi compte tenu d’une campagne agricole plus que difficile. C’est ce qui ressort de la note diffusée cette semaine par le Haut-commissariat au Plan (HCP) sur l’emploi et le chômage.
Cela porte le taux de chômage à 11,9%, un niveau très élevé. L’ensemble des secteurs de l’économie du pays ont été affectés, certains étant néanmoins plus touchés que d’autres. D’autant qu’en plus du chômage, le HCP note aussi la «destruction des postes d’emploi, une chute du volume horaire du travail (…) le sous-emploi et l’inactivité».

Ainsi, 107 000 emplois ont été perdus dans le secteur des services, 273 000 emplois dans celui de l’agriculture, des forêts et de la pêche, 37 000 postes dans l’industrie et l’artisanat et enfin 9000 dans les BTP. Et confinement oblige, au lieu de la moyenne de 45,2 heures par semaine, les Marocains n’ont travaillé que 37,5 heures, ce qui a d’autant réduit les gains.


L’année particulièrement sèche a fait perdre au monde rural 295.000 emplois, alors qu’en milieu urbain, on chiffre les pertes d’emplois à 137.000.

Au final, ce sont quelque 1,429 million de personnes qui sont actuellement en quête d’un emploi.
Cependant, 2021 sera sans doute l’année de la reprise, à en croire la Banque mondiale qui estime que la croissance devrait être de l’ordre 4,3% après la récession de 6,3% enregistrée en 2020. Cela signifie naturellement que le marché de l’emploi va se redynamiser, même si aucun chiffre n’est avancé concernant la baisse du chômage.

Partager.

Répondre