fbpx

Desmond Tutu, icône de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud, est mort

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’archevêque anglican, prix Nobel de la Paix, était âgé de 90 ans. «Dieu va l’accueillir à bras ouverts» avait salué Nelson Mandela.

L’archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu, icône de la lutte contre l’apartheid et prix Nobel de la Paix en 1984, est décédé ce dimanche à l’âge de 90 ans, a annoncé le président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa
Le président exprime «au nom de tous les Sud-Africains, sa profonde tristesse suite au décès, ce dimanche» de cette figure essentielle de l’histoire sud-africaine, dans un communiqué.
«Le décès de l’archevêque émérite Desmond Tutu est un nouveau chapitre de deuil dans l’adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée», a ajouté le président. «Un homme d’une intelligence extraordinaire, intègre et invincible contre les forces de l’apartheid, il était aussi tendre et vulnérable dans sa compassion pour ceux qui avaient souffert de l’oppression, de l’injustice et de la violence sous l’apartheid, et pour les opprimés et pour les oppresseurs du monde entier», a ajouté M. Ramaphosa.
The Arch, comme il était surnommé par les Sud-Africains était affaibli depuis plusieurs mois. Il ne parlait plus en public mais saluait toujours les caméras présentes à chacun de ses déplacements, sourire ou regard malicieux, lors de son vaccin contre le Covid dans un hôpital ou lors de l’office au Cap pour célébrer ses 90 ans en octobre. 
Desmond Tutu a acquis sa notoriété aux pires heures du régime raciste de l’apartheid. Alors prêtre, il organise des marches pacifiques contre la ségrégation et plaide pour des sanctions internationales contre le régime blanc de Pretoria. Seule sa robe lui épargnera la prison. Son combat non-violent est couronné du prix Nobel de la paix en 1984.

La «Nation arc-en-ciel», c’est lui 

A l’avènement de la démocratie, dix ans plus tard, celui qui a donné à l’Afrique du Sud le surnom de «Nation arc-en-ciel» préside la Commission vérité et réconciliation (TRC) qui, espère-t-il, doit permettre au pays de tourner la page de la haine raciale. «Je marche sur des nuages. C’est un sentiment incroyable, comme de tomber amoureux», confie-t-il. «Nous, Sud-Africains, allons devenir le peuple arc-en-ciel du monde» ( Rainbow Nation).
Ses espoirs sont vite déçus. La majorité noire a acquis le droit de vote, mais reste largement pauvre. Fidèle à ses engagements, le «curé» du Cap devient alors le pourfendeur des dérives du gouvernement de l’ANC, à commencer par les errements de l’ancien président Thabo Mbeki dans la lutte contre le sida. En 2013, il promet même de ne plus jamais voter pour le parti qui a triomphé de l’apartheid. «Je n’ai pas combattu pour chasser des gens qui se prenaient pour des dieux de pacotille et les remplacer par d’autres qui pensent en être aussi», déplore Tutu.

Il gagne le cœur du Dalaï-Lama, de Barack Obama… 

Inlassable militant de l’unité raciale, il ne craint pas en 2011 de proposer une taxe sur la richesse des seuls Blancs pour corriger les inégalités. «Ils ont profité de l’apartheid», plaide-t-il. A l’étranger, on le voit aussi sur tous les théâtres de conflits, RDCongo, Soudan, Kenya ou Palestine. Il appelle à juger les dirigeants occidentaux pour la guerre en Irak.
Chemin faisant, il gagne le cœur de nombreuses personnalités. Le Dalaï-Lama en fait son «frère aîné spirituel», le président américain Barack Obama «un symbole de gentillesse et de paix». Et le dernier président sud-africain blanc Frederik de Klerk confessait «un immense respect pour sa témérité». Nelson Mandela en faisait même un saint. «Dieu attend l’archevêque, il va l’accueillir à bras ouverts», écrit-il. «Si Desmond arrive au paradis et se voit refuser l’entrée, alors aucun de nous n’y entrera».

                                                                             Avec AFP

Partager.

Répondre