fbpx

Endettement : L’Etat ghanéen débourse 1 milliard de dollars pour sauver le secteur de l’électricité

Pinterest LinkedIn Tumblr +

A défaut d’une intervention de l’Etat, les entreprises du secteur énergétique du Ghana pourraient connaître un déficit abyssal. Le gouvernement compte injecter une somme importante pour les aider à rembourser leurs dettes.

Pas moins d’1 milliard de dollars seront dégagés par l’Etat ghanéen pour accompagner les entreprises productrices d’électricité de cette deuxième économie de l’espace de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). L’objectif de ces fonds prévus après d’âpres négociations est de les aider à restructurer leurs dettes.

Ce financement exceptionnel ne proviendra pas du trésor public, mais du Ghana Infrastructure Investment Fund qui avait levé le même montant dans le cadre d’un eurobond émis en 2020. Et sans ce soutien de l’Etat, le déficit financier des producteurs d’électricité du Pays pourrait atteindre quelque 12 milliards de dollars à l’horizon 2023. C’est donc une véritable bouffée d’oxygène.

«Le refinancement des dettes coûteuses contractées par les producteurs indépendants d’énergie réduira davantage le coût de l’énergie. Dans les mois à venir, nous pouvons espérer voir les fonds levés lors de l’eurobond de l’année dernière, être utilisés pour la réduction du profil du coût de l’énergie», a affirmé un représentant du ministère des Finances.

Il faut noter que les difficultés des producteurs viennent essentiellement du fait qu’en aval, ils ont d’énormes problèmes de recouvrement auprès de la clientèle. De sorte que le manque à gagner atteint quelque 580 millions de dollars par an.  Mais, c’est le gouvernement ghanéen qui est le grand gagnant de l’accord, puisque même s’il débourse 1 milliard de dollars, il en économisera cinq fois plus grâce au changement de carburant par les uns et à la révision de la grille tarifaire par les autres.

En revanche, aucun des douze opérateurs n’a accepté de réviser la clause d’obligation d’achat de la totalité de l’électricité, la fameuse règle de take-or-pay qui est ruineuse pour le trésor public. En effet, elle coûte jusqu’à 500 millions de dollars à l’Etat ghanéen qui est tenu d’acheter le moindre kilowatt produit.

Partager.

Répondre