fbpx

Guinée : Politique générale, le plan du gouvernement approuvé unanimement

Pinterest LinkedIn Tumblr +

A l’occasion de sa Déclaration de politique générale (DPG) annoncée au Parlement, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a égrainé les priorités de son gouvernement dont la mobilisation des ressources ainsi que la ZLECAf en ligne de mire. Plus de 100 élus lui accordent sa confiance pour que la 6ème République entame ses réformes. 

En se prêtant à cette tradition, le Dr. Fofana s’est félicité de la gouvernance du pays depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Sa Déclaration de politique générale (DPG) intervient à l’ère de la nouvelle Constitution qui prévoit que  les députés sont tenus de faire un vote afin de lui accorder sa confiance. 

  • Mines, locomotive de l’économe 

    Selon lui, le secteur minier guinéen a un taux d’investissements qui dépasse 6 milliards de dollars US sur la décennie écoulée, et qui devrait atteindre 25 milliards de dollars US d’ici 2026. «La Guinée est aujourd’hui le deuxième  leader mondial de bauxite, avec une production de plus de 80 millions de tonnes. L’industrie aurifère, soit 25% de la production minière, pourrait, quant à elle, voir sa production doubler d’ici à quelques années » 

    Le Premier ministre saluera l’initiative des 6 compagnies minières dans la région de Boké, qui ont créé le Réseau environnement bauxite (REB) pour réduire les impacts de leurs activités sur la biodiversité et sur les populations riveraines. Au-delà de ces efforts, un mécanisme de compensation financière sera mis en place pour veiller à la conservation de la biodiversité.  

  • Phase 2 du PNDES en cours

    Le conférencier du jour a déclaré que la démarche de son Cabinet repose sur la conception et la mise en œuvre de politiques publiques déclinées dans un Plan national de développement économique et social (PNDES). La première génération allait de 2016 à 2020 conduisant l’économie guinéenne sur une trajectoire de forte croissance aux dires du Dr. Ibrahima Kassory Fofana.  
    Pour l’attester, il mentionnera que le PIB a progressé d’environ 10,4% entre 2016 et 2017, avant de se stabiliser autour de 6% les années suivantes. Les inégalités économiques et sociales ont également marqué un recul, avec un indice de Gini passé de 0,32 en 2012 à 0,28 en 2019, ce qui traduit ainsi l’impact positif des politiques publiques menées sur la récente décennie. Les indicateurs sociaux seraient également en progression : le pourcentage de ménages s’éclairant à l’électricité est passé de 18,5% en 2012 à 42% en 2019 ; le taux d’alphabétisation (chez les 15 ans et plus) est passé de 34% en 2012 à 40% en 2019 ; enfin, le taux de scolarisation au primaire est passé de 58% en 2012 à 65% en 2019. Des acquis pour le Dr. Fofana, qui confirment la nécessité d’une planification de l’action gouvernementale, avec à la clé l’élaboration de la phase 2 du PNDES : elle couvrira la période 2021 à 2025. 

     

  • LA ZLECAf dans le viseur 

    La coopération Sud-Sud est un créneau auquel tient le Premier ministre guinéen. Son équipe est sur le front du développement des zones industrielles qui permettront de booster les investissements dans le secteur. Le but serait d’améliorer la compétitivité à l’orée de l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a-t-il laissé entendre face aux députés. L’objectif à ce niveau ne peut être atteint qu’à travers la mobilisation et la sécurisation des ressources internes qui demeurent un levier indispensable.  Autrement dit, se donner les moyens de sa politique ! «Monsieur le Président de la République et moi-même y attachons du prix. Des contrats de performance viennent d’être conclus avec les principales régies financières de l’Etat que sont la Direction générale des douanes, la Direction nationale des impôts et la Direction nationale du Trésor. L’objectif assigné à ces différentes régies est de doubler d’ici deux ans le niveau actuel des recettes internes. » a situé le Chef du gouvernement, précédemment reconduit. 
    Ainsi, des engagements similaires seront pris  très prochainement pour les autres entités publiques impliquées dans l’effort de mobilisation des recettes, y compris certains établissements publics à caractère administratif (EPA). Il dévoila que le niveau de mobilisation actuel est d’environ 13% du PIB, et en deçà de la moyenne sous-régionale de 18% du PIB. Egalement moins, selon le Premier ministre, que le niveau de 15% du PIB considéré par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).  
    Le numéro 1 des ministres de la Guinée entend rester fidèles aux conclusions de la Banque mondiale qui, dans son rapport de 2019, estime que la seule ressource TVA, serait susceptible de rapporter à la Guinée entre 3 et 4 points de PIB. 
    «Un tel effort représenterait une manne financière de plus de 700 millions de dollars américains par an, qui viendrait ainsi accroitre très significativement les marges de manœuvre de l’État.» a-t-il renchéri.   

  • Vote favorable à la DGP

Conformément à la disposition constitutionnelle, le vote prendra forme. Si auparavant, le Premier ministre se contentait de faire sa déclaration et s’en aller, la chose a été revue : la nouvelle constitution de Guinée prévoit des débats pour des explications sur le fond avant que ne soit fait un vote. Si 1 contre sera enregistré avec 10 absents, 103 députés accorderont leur confiance au Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Une joie pour ce dernier qui a lancé un message très interpellateur avant de se retirer : «Sur le chemin de la victoire, il y aura toujours des épreuves à surmonter et des étapes souvent périlleuses à franchir. Tenons bon, dans toutes les circonstances car la vie est loin d’être un long fleuve tranquille» ! 

 

 

 


Partager.

Répondre