Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Invité du mois : Sam Chidiac, Directeur général et Fondateur de Maxafrica

Crédit Agricole Maroc

Invité du mois : Sam Chidiac, Directeur général et Fondateur de Maxafrica

«Nous sommes désormais des business partenaires des marques». C’est probablement le message le plus revendiqué par les professionnels de la communication et la publicité.

A l’instar de toutes les agences de communication, agences média, régies et autres structures, Maxafrica s’est, dès l’origine, positionnée comme partenaire acteur pour le succès commercial de ses clients. En tout cas, pour son Directeur général-fondateur, Sam Chidiac, la volonté de placer Maxafrica en partenaire business des annonceurs est une lame de fond qui la classe, sans conteste, dans le peloton de tête des entreprises de la communication et de la publicité sur le marché béninois et sous-régional.

«Se positionner en business partner des annonceurs»

 

AFRIMAG : Maxafrica est présent dans un certain nombre de pays africains. Où en êtes-vous du déploiement de l’expertise que vous avez développée dans les principaux métiers de la Communication ?

Sam Chidiac, Directeur Général-Fondateur de Maxafrica

Sam Chidiac, Directeur Général-Fondateur de Maxafrica

Sam Chidiac : L’aventure Maxafrica a commencé en 2004 au Bénin alors que le marché de la publicité dans ce pays était naissant. D’ailleurs, nous ne faisions que du conseil et de la création graphique. Depuis, nous avons diversifié notre gamme de services à la demande de nos clients. Très vite nous sommes passés à la production audiovisuelle, à l’évènementiel puis au digital. Nous travaillons pour le client, en ce sens, nous sommes le pur produit des besoins d’annonceurs en quête de performance commerciale. Partant, l’innovation, la rigueur, la passion et l’esprit d’équipe nous font évoluer tous les jours dans notre métier.

Peut-on alors parler de méthode Maxafrica ?

La méthode Maxafrica, c’est justement que nous n’avons pas de recette. Car, chaque client est unique, chaque problématique est particulière et donc chaque solution doit l’être aussi. Il s’agit de prévoir les évolutions et les tendances afin de proposer des idées innovantes de sorte à renforcer les marques de nos clients. Ce qui fait partie intégrante de la mission première de l’agence. Ce faisant, nous devons de comprendre l’environnement de nos clients pour anticiper leurs besoins. Ce qui suppose, une fine connaissance des habitudes des consommateurs -cible. D’où les ateliers consommateurs et les études sectorielles que nous organisons régulièrement sur les différents marchés et pays dans lesquels nous intervenons. En gros, partant du fait que les consommateurs sont des gens comme vous et moi, nous devons connaître leurs besoins et leurs aspirations pour mieux orienter les messages de nos clients annonceurs. Pour le dire simplement, chez Maxafrica nous cherchons à rendre nos idées créatives plus claires et compréhensibles possible.

Moov, une création de Maxafica

Moov, une création de Maxafica

Le digital a fortement bousculé le marché de la communication et de la publicité. Comment se positionne ou repositionne Maxafrica ?

Ce n’est pas nouveau pour nous. Nous sommes dans le digital depuis les premières années de création de l’agence avec des offres de
création, gestion et animation de contenu de sites internet des entreprises. Aujourd’hui, le développement d’applications mobiles et les réseaux sociaux sont les orientations que nous perfectionnons au quotidien. Nous travaillons chaque jour à suivre le rythme des innovations et ça demande des ressources humaines et techniques notamment hyperspécialisées tant la cadence est soutenue.

Votre secteur est très concurrentiel dans la sous-région, notamment en Côte d’ivoire, le plus grand marché de l’espace UEMOA. Quelle est votre stratégie pour continuer à jouer les premiers rôles ?

D’abord que la proactivité et l’engagement envers nos clients sont des points essentiels qui font que Maxafrica n’est pas une agence de plus sur le marché de la communication et de la publicité, mais une vraie valeur ajoutée en termes de conseil et d’orientation stratégiques pour ses clients. Ceci grâce à notre expertise entretenue et développée par nos multitudes points forts. Par exemple, nous avons en notre sein une équipe Senior expérimentée avec le plus grand palmarès de récompenses en création dans la sous-région. En conséquence, nos campagnes publicitaires notamment sont percutantes. Aussi, nos travaux sont visibles dans nombre de pays de la sous-région où nous intervenons. Le plus important à souligner, est que nos campagnes de communication et de publicité démontrent leur efficacité au regard des objectifs d’affaire de nos clients. Sans fausse modestie, Maxafrica est par excellence l’agence «brand performance».Ce positionnement nous oblige à toujours garder bien en tête que nos efforts doivent contribuer concrètement au développement des marques et au succès commercial surtout de nos clients. Notre portefeuille client est prestigieux au regard de nombreuses multinationales qui nous font confiance depuis plusieurs années. Notre stratégie pour continuer à jouer les premiers rôles dans le secteur, est de se réinventer chaque jour pour satisfaire aux attentes de nos clients.

On note que vous êtes peu présent dans la communication politique, pourtant une niche stratégique. Est-ce un choix assumé ?

Oui, c’est un choix assumé et qui ne changera pas. La politique et la religion sont proscrits chez Maxafrica. Ce sont les deux sujets qui sont à l’origine de la plupart des violences en Afrique et dans le monde. On n’y touche pas. C’est pour vous dire que l’argent n’est pas notre seule motivation.

Banque Atlantique, une création de Maxafrica

Banque Atlantique, une création de Maxafrica

Comment appréhendez-vous l’évolution de votre métier pour la prochaine décennie ?

La montée en puissance du digital rassure et en même temps inquiète. Elle rassure grâce aux innovations utiles qu’elle engendre et elle inquiète par la dérive que l’on observe sur les réseaux sociaux.

Les influenceurs sont de plus en plus puissants et incontrôlables. La vie privée n’a plus de sens et tout le monde veut, à tout prix, devenir célèbre. Bref en ce qui concerne le digital j’espère que l’éthique reprendra le dessus sinon ce secteur deviendra de moins en moins crédible et perdra ses annonceurs.

Les médias traditionnels seront toujours là et seront de plus en plus crédibles et incontournables.

Seize ans, c’est presque l’âge adulte pour Maxafrica. Nextstep ?

Nous sommes une agence panafricaine dans notre ADN. L’objectif de Maxafrica est d’accompagner les multinationales désireuses de s’implanter sur le continent mais également les entreprises africaines désireuses de prendre le chemin inverse. En clair, notre ambition est de conquérir le plus de marchés, donc de pays, possibles dans le monde. Je suis certain que nous y arriverons grâce aux femmes et aux hommes qui ne ménagent aucun effort, depuis la création de Maxafrica, pour gagner davantage des parts de marché. Je profite de cette tribune pour remercier tous les collaborateurs de l’agence qui ont contribué à ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Je suis encore d’autant plus fier au regard de ce que sont devenus certains collaborateurs ayant fait leurs classes chez nous et qui cheminent aujourd’hui sur des voies de succès.

Banques Maxafrica NTIC

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*