fbpx

La France, première destination des IDE en Europe

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour la troisième année consécutive, la France est restée l’an dernier le pays d’Europe le plus attractif de l’investissement direct étranger (IDE) selon le baromètre du cabinet EY.

L’Hexagone a profité du rebond économique pour reprendre une longueur d’avance sur la concurrence en attirant 1.222 projets, soit 24 % de plus qu’en 2020 et surtout un peu plus (+2 %) qu’en 2019, véritable année de référence.

Les rivaux traditionnels de la France en matière d’IDE font moins bien : le Royaume-Uni continue de subir les effets du Brexit mais garde sa deuxième position mais il n’aura attiré que 993 décisions d’implantation. L’Allemagne, quant à elle, en recense 841, soit 10 % de moins. Aucun des deux pays n’a retrouvé le niveau d’investissement international d’avant l’épidémie du covid-19.

L’effet des réformes engagées pendant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron ne s’est pas arrêté avec la pandémie», soulignent les consultants de EY. Un 1/3 des projets concerne l’industrie, dont des secteurs malmenés tels l’automobile, l’aéronautique, la chimie ou la construction. La réorganisation mondiale des chaînes d’approvisionnement a dopé les projets dans la logistique (+37 %). La France a aussi reconquis des centres de décision et de R&D.

 Autre motif de satisfaction : Paris réduit l’écart avec Londres, mais tous les territoires profitent de cette dynamique, près d’un projet industriel sur deux s’établissant dans des villes moyennes de moins de 50.000 habitants.

 

Partager.

Répondre