fbpx

Le Covid-19 et la grossesse : Ce que disent les travaux scientifiques

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La grossesse est un facteur de risque pour le Covid. Les femmes enceintes ne sont pas plus susceptibles d’être infectées, mais, si elles le sont, elles risquent davantage de développer une forme sévère et/ ou d’accoucher prématurément.

D’où l’importance de les vacciner : corps médical et autorités sanitaires ont un temps été réticents en Europe, faute de données disponibles dans les essais cliniques, mais les suivis de pharmacovigilance ont montré que les vaccins à ARN étaient sûrs et efficaces lors d’une grossesse, et d’autant plus utiles que l’on ne peut pas vacciner les tout-petits.

Restait en revanche une zone d’ombre : lorsque la mère est infectée, quid du risque de transmission à son enfant né ou à naître ? Il n’est pas nul, mais est très limité, répondent dans le British Medical Journal des chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé et de l’université de Birmingham (Royaume-Uni). Des travaux antérieurs avaient révélé l’existence de fragments de virus « dans le sang maternel, le placenta, le liquide amniotique et le lait maternel », précisent les auteurs.

Reprenant plus de 470 publications scientifiques concernant près de 29 000 mères infectées par le Sars-CoV-2, ces travaux montrent que la transmission in utero, durant la délivrance ou aussitôt après, est possible mais reste peu probable. « Le taux global de positivité du Sars-CoV-2 chez les bébés nés de mères infectées est faible » (inférieur à 2 %), et plus encore si on se limite à l’exposition au virus durant l’accouchement et immédiatement après (moins de 1 %).

 

 

 

Partager.

Répondre