fbpx

Litige gazier: Le Nigeria obtient un délai supplémentaire pour le paiement de milliards de dollars

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Nigeria pourrait être amené à payer plusieurs milliards de dollars à une petite entreprises basées aux îles Vierges britanniques qui accuse le géant pétrolier d’Afrique de l’Ouest de rupture illégale de contrat. Mais un tribunal basé à Londres donne un délai supplémentaires au ministère nigérian du pétrole pour rassembler des preuves supplémentaires.

C’est l’un des risques les plus importants auxquels les pays africains peuvent être confrontés, celui de la rupture illégale de contrat pouvant porter sur des milliards de dollars et occasionnant, par conséquent, des dommages inestimables. Et, pour le cas de ce procès qui oppose le Nigeria à la société Process and Industrial Developments Limited (P&ID), la première économie du continent pourrait faire les frais d’une décision que conteste cette petite entreprise.
En effet, le Nigeria avait chargé en 2010
P&ID Lt de construire une usine de traitement de gaz afin de produire de l’électricité grâce à des installations hautement technologiques. En effet, dans le Sud-Est du pays, les puits de pétrole laissent échapper des millions de mètres cubes de gaz. Ce sont les fameuses torches allumées au-dessus des exploitations pétrolières et qui représentent autant de pertes que de pollution.
Sauf que le projet n’a jamais été réalisé, et selon P&ID Lt, c’est le gouvernement nigérian qui est à l’origine du blocage.
En 2017, un premier arbitrage lui avait accordé quelque 6,6 milliards de dollars US de dommages et intérêts avant qu’une saisie soit ordonnée en 2019 sur des actifs publics nigérians portant sur une valeur globale de 9,6 milliards de dollars US. Finalement, pour que la saisie ne soit pas effectuée, le gouvernement a versé 200 millions de dollars à P&ID Lt comme garantie.
Le gouvernement nigérian actuel de Muhammadu Buhari qui a hérité de la patate chaude fait valoir des actes de corruption dans l’attribution de ce marché en 2010, quand Goodluck Jonathan était aux affaires. D’ailleurs deux citoyens britanniques ont été inculpés par la justice nigériane dans cette affaire.
L’agent judiciaire de l’Etat nigérian a salué la décision du tribunal londonien estimant qu’il s’agissait même d’une victoire importante pour faire annuler la décision arbitrale.
Le porte-parole du ministère nigérian de la Justice, Umar Jibrilu Gwandu a affirmé que le gouvernement avait mis au jour de nouvelles preuves que l’accord avait été « conçu dès le départ pour échouer et que la sentence arbitrale était basée sur la fraude et la corruption ».
« Nous sommes déterminés à faire annuler cette sentence – peu importe le temps que ça prendra – pour faire en sorte que cet argent serve à l’avenir du Nigeria », a-t-il ajouté.

tinmar 970
Partager.

Répondre