fbpx

Marché de l’Emploi : La BAD fait la promotion de son plan d’action pour une main-d’œuvre africaine convoitée

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé des consultations en visioconférence avec des ministres africains, des représentants de l’Union africaine, des fonctionnaires et des universitaires afin de recueillir des avis sur la mise en œuvre de son Plan d’action sur les compétences pour l’employabilité et la productivité en Afrique pour la période 2022-2025.
La première session des consultations, tenue le 12 avril, s’est concentrée sur les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe, alors que la seconde, le lendemain, visait les pays d’Afrique centrale, du Nord et de l’Ouest, précise la BAD dans un communiqué, notant qu’à travers ces consultations, les pays africains seront mieux outillés pour entériner le plan d’action de la Banque.

Ces consultations permettront également de recueillir des contributions sur la manière dont le plan peut soutenir l’investissement dans l’enseignement supérieur, les sciences et les technologies, ainsi que dans l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP), souligne-t-on. «Il s’agit d’une nouvelle étape dans le partenariat entre la Banque africaine de développement et ses pays membres régionaux, qui vise à doter la main-d’œuvre africaine de compétences recherchées sur le marché de l’emploi, a déclaré Beth Dunford, vice-présidente de la Banque chargée de l’Agriculture, du Développement humain et social. Selon elle, la jeunesse africaine a le potentiel pour devenir la plus grande ressource mondiale de main-d’œuvre productive et innovante, si elle est dotée de compétences de qualité et pertinentes. Le plan d’action intervient à un moment critique, où l’Afrique redouble d’efforts pour renforcer ses capacités scientifiques et technologiques en vue d’une société plus productive et innovante, fait remarquer le communiqué Et de poursuivre que le plan d’action Compétences pour l’employabilité et la productivité en Afrique est ancré dans la stratégie de la Banque pour l’emploi des jeunes en Afrique (2016-2025), qui vise à créer 25 millions d’emplois et à doter 50 millions de jeunes de compétences pertinentes. Le financement public de l’enseignement et professionnel et de l’enseignement supérieur sur le continent n’a pas suivi le rythme de la demande, estime la même source, relevant que les déficits en matière d’infrastructures, comme le manque de salles de classe, de bibliothèques et de laboratoires, ont un impact négatif sur l’accès, la qualité et l’équité dans le secteur. Martha Phiri, directrice du Département du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences à la BAD, a déclaré que la Banque s’appuiera sur des partenariats pour stimuler les investissements dans les infrastructures éducatives.

 

Partager.

Répondre