fbpx

Maroc : 250 millions de Banque mondiale pour financer l’agriculture

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Plan Maroc Vert vient d’avoir une signifiante contribution de la part de la Banque mondiale. L’objectif est de financer la formation des jeunes entrepreneurs ruraux pour renforcer leur compétences dans l’amélioration de la chaîne de valeur agroindustrielle et la mise en œuvre de pratiques plus écologiques.

Deux cents-cinquante millions (250 millions) de dollars pour soutenir le Plan Maroc Vert à travers le programme gouvernemental pour le développement de l’agriculture sur la période 2020-2030. C’est en effet ce que vient d’approuver, avant-hier mardi 15 décembre 2020, le conseil d’administration de la Banque mondiale.

Cette somme permettra notamment de financer des pans entiers de la politique agricole. D’une part, il y a la formation et le renforcement des capacités entrepreneuriales des jeunes ruraux dans l’industrie agroalimentaire. De l’autre, il s’agira aussi de soutenir le développement des pratiques agricoles climato-intelligentes et durables pour faire face aux effets du changement climatique en particulier sur les ressources en eau et les terres agricoles.


«En abandonnant le seul critère de la production au profit d’une approche englobant le renforcement du capital humain, le développement des moyens de subsistance et le déploiement de chaînes de valeur rurales respectueuses du climat, cette stratégie inédite va modifier radicalement la manière dont le Maroc envisage son développement agricole», souligne Jesko Hentschel, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb.

Il faut rappeler que le Plan Maroc Vert nourrit de grandes ambitions, notamment celles de porter la valeur ajoutée agricole à quelque 250 milliards de dirhams de PIB, pour environ 50 à 60 milliards de dirhams d’exportations.

Parmi les résultats attendus figurent notamment, l’atteinte d’un PIB agricole compris entre 200 et 250 milliards de dirhams et des exportations agricoles d’une valeur de 50 à 60 milliards de dirhams à l’horizon 2030.

Partager.

Répondre