fbpx

Maroc. Sécheresse:  le Crédit agricole du Maroc sort le chéquier

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) va mobiliser dans les jours à venir et en concertation avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, un ensemble de mesures pour alléger l’impact du déficit pluviométrique de la campagne agricole 2019-2020, et ce, selon trois axes.

 

La Banque annonce ainsi le « déploiement d’une enveloppe supplémentaire de crédit de 1,5 milliard de dirhams (environ 158 millions de dollars US), qui aura trois destinations. 

tinmar 970

D’une part, « 500 millions de dirhams » seront orientés vers « la sauvegarde du cheptel » à travers le produit Laksiba. Ainsi, « dans le but d’aider les éleveurs à sauvegarder leur cheptel et pouvoir acquérir l’orge (2Dhs/Kg) mis à leur disposition par les services du ministère de l’Agriculture au niveau des différents souks du Royaume, le GCAM leur accordera des crédits pour l’achat d’aliment de bétail », souligne la banque. 

D’autre part, « 600 millions de dirhams » seront décaissés pour le financement des cultures printanières à travers le produit Filaha rabiya. Dans ce cadre, « afin de permettre aux agriculteurs des périmètres adaptés de mettre en place des cultures printanières, le GCAM leur accordera des financements adéquats pour l’installation et l’entretien de ces cultures (maraîchage, maïs, tournesol, melon, pastèque…) », assure le Crédit agricole du Maroc.

Enfin, « 400 millions de dirhams » serviront à « financer et l’entretien de l’arboriculture » grâce au : produit Al Ghars. « Dans le but de réduire l’impact du déficit pluviométrique sur les activités arboricoles et sauvegarder les futures productions, le GCAM accordera aux arboriculteurs des financements pour continuer à assurer l’entretien nécessaire de leurs vergers, notamment l’irrigation, l’acquisition de fertilisants, les traitements phytosanitaires… », souligne encore le groupe. 

Possibilité de moratoires

Par ailleurs, la banque va procéder au « retraitement de l’endettement des agriculteurs pour leurs échéances à venir », qu’il s’agisse des petits producteurs, mais également de ceux disposant de grandes exploitations. En d’autres termes, il s’agit de moratoires accordés aux agriculteurs selon leur taille respective et leur situation financière. 

Ainsi, les petits agriculteurs « bénéficieront d’un traitement automatique de leurs dossiers consistant en un report de leurs lignes de crédit à court terme et un report avec décalage d’une année des échéances de leurs crédits à moyen et long terme ». 

Quant à ceux qui ont des exploitations de taille relativement grande, « la situation de leur endettement sera examinée, au cas par cas, et des facilités de paiement leur seront accordées selon leur capacité de remboursement ».

Soutien à l’approvisionnement en blé

En outre, la dernière mesure importante concerne le « financement des importations de blé et d’aliments de bétail par les sociétés importatrices clientes ». La banque affirme qu’elle mettra tout en œuvre pour faciliter les opérations destinées aux compléments d’approvisionnement du marché national.

De même, compte-tenu de la situation sanitaire d’urgence engendrée par la crise du COVID-19, un dispositif particulier sera mis en place pour éviter l’engorgement des agences du GCAM. 

Partager.

Répondre