fbpx

La Misère à la Ferme : Les Caféiculteurs Africains Perdent des Milliards à cause de l’exploitation

Pinterest LinkedIn Tumblr +
  • Des millions de caféiculteurs africains ont sombré dans une pauvreté abjecte causée par des prix médiocres qui suffisent à peine à couvrir les coûts de production, alors que les autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement du café enregistrent des bénéfices croissants.
  • Le caféiculteur africain produit du café de qualité, mais son prix est le plus bas de tous les caféiculteurs du monde.
  • Les caféiculteurs africains perdent 1,47 milliard de dollars chaque année en raison de l’exploitation des prix de leurs récoltes.
  • En raison de conditions commerciales déloyales, les caféiculteurs éthiopiens et ougandais perdent respectivement 713,1 et 229,7 millions de dollars US en une seule année.
  • La seule solution possible est l’établissement d’un accord international sur le café, basé sur des quotas, qui fixe des quotas d’exportation et contribue à orienter les prix

 

NAIROBI, 28 juillet 2020 – Des millions d’agriculteurs familiaux à travers l’Afrique sont confrontés à la dévastation économique, car les prix du café qui leur sont proposés ne cessent de baisser, souvent en dessous des coûts de production. C’est ce qu’indique le rapport « La misère à la ferme » : Les producteurs de café africains perdent des milliards à cause de l’exploitation, rapport qui vient d’être publié par Selina Wamucii. Le rapport donne une perspective très récente et très concrète sur la façon dont les caféiculteurs africains sont exploités à outrance, dans une industrie qui rapporte des milliards de dollars chaque année.

Selon le rapport, la part des agriculteurs africains dans la chaîne de valeur du café torréfié varie de 8,7 % à 12,6 %, la part des principaux exportateurs de café africain, l’Éthiopie et l’Ouganda, étant inférieure, avec respectivement 12,6 % et 10 %. La part des agriculteurs dans la chaîne de valeur du café torréfié est plus élevée en dehors de l’Afrique, les producteurs de café de l’Inde obtenant 15,7 % en Inde et 14,9 % au Brésil.

tinmar 970

En raison de conditions commerciales déloyales, les pertes de revenus annuelles des agriculteurs éthiopiens s’élèvent à 713,1 millions de dollars US et à 229,7 millions de dollars US pour les agriculteurs ougandais. On estime que les caféiculteurs africains perdent 1,47 milliard de dollars chaque année en raison de la sous-évaluation des prix de leurs récoltes.

Ces montants sont cruciaux pour les producteurs africains de plusieurs pays où le café est leur principal produit d’exportation.

Pour Wanjiru Kariuki, un producteur de café de 68 ans d’Othaya, à environ 120 kilomètres au nord de Nairobi, au Kenya, elle se demande comment un producteur de café peut être si pauvre alors que les profits des multinationales du café augmentent d’année en année.

« Regardez cette ceinture serrée – elle tient mon ventre et m’aide à éviter la sensation de faim », dit Wanjiru, en pointant sa taille.

« Je suis pauvre, affamée et sans chaussures. Ceux qui bénéficient de mon travail acharné ne peuvent même pas attacher une ceinture comme celle-ci car ils ont le ventre plus gros qu’un hippopotame, tout ça à cause de mon café », ajoute la grand-mère.

Selon John Oroko, PDG de Selina Wamucii, cette situation est intenable pour le producteur africain, qui produit un café de qualité, mais qui reçoit les prix les plus bas de tous les producteurs, au niveau mondial. Ces caféiculteurs sont menacés sur le plan existentiel.

« La seule solution possible est l’établissement d’un accord international sur le café, basé sur des quotas, qui fixe des quotas d’exportation et contribue à orienter les prix, tout en permettant aux agriculteurs de vivre du produit de leur dur labeur », a déclaré M. Oroko.

« Si l’Afrique veut mettre fin à l’exploitation qui ronge ses caféiculteurs, les règles du commerce mondial du café devront être modifiées dans un cadre politique favorable aux agriculteurs. Et si cela ne peut se faire dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les Africains ont tout intérêt à s’inspirer de l’OPEP et à mettre en œuvre un accord panafricain sur le café qui ne fasse pas grossir quelques personnes tout en aspirant la vie des agriculteurs. Tout le reste n’est que pure symbolique qui cherche à gagner du temps », conclut M. Oroko.

La misère à la ferme : Le rapport « Les caféiculteurs africains perdent des milliards à cause de l’exploitation » est disponible à l’adresse suivante :

https://www.selinawamucii.com/fr/les-producteurs-africains-de-cafe-perdent-des-milliards-chaque-an-des-prix-dexploitation/

 

À propos de Selina Wamucii

Selina Wamucii est la plateforme pour les produits alimentaires et agricoles des coopératives agricoles, des groupes d’agriculteurs, des agrotransformateurs et d’autres organisations d’Afrique qui travaillent directement avec les agriculteurs familiaux dans 54 pays africains.

Selina rassemble tous les producteurs africains (dont 80 % sont des agriculteurs familiaux) et leurs produits sur une même plateforme où les acheteurs du monde entier peuvent trouver et acheter en toute fiabilité des produits en provenance d’Afrique.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Équipe de communication et d’information Selina Wamucii

T: +44 800 032 0509

E: press@selinawamucii.com

Web: https://www.selinawamucii.com/fr/presse/

Partager.

Répondre