fbpx

Monnaie numérique : la Banque centrale d’Eswatini s’y met à son tour

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Banque centrale d’Eswatini (ex Swaziland) s’associe au groupe technologique international Giesecke+Devrient (G+D) pour le développement d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC). 
Les deux parties ont signé un accord à cet effet lors de la réunion annuelle du Fonds Monétaire International et du Groupe de la Banque mondiale qui s’est tenue la semaine dernière à Washington D.C.

La sélection de G+D découle d’une première phase d’étude de la MNBC menée en 2020. Avec cet accord, la Banque centrale d’Eswatini et G+D envisagent de faire progresser les efforts de recherche sur les MNBC afin d’acquérir une compréhension approfondie des aspects pratiques de sa mise en œuvre en Eswatini.

Explorer le potentiel des MNBC

La Banque centrale d’Eswatini rejoint ainsi d’autres banques centrales et régulateurs dans le monde qui explorent le potentiel des MNBC pour relever des défis tels que l’efficacité des paiements, l’interopérabilité, l’inclusion financière et la résilience des systèmes de paiement.

La Banque centrale d’Eswatini fournit aux citoyens des billets et des pièces en lesquels ils peuvent avoir confiance pour effectuer des paiements depuis près de cinq décennies. Si l’argent liquide reste un moyen de paiement dominant, la technologie et la demande croissante de paiements instantanés et rapides changent la façon dont les entreprises et les consommateurs effectuent leurs transactions. Le rôle croissant et l’adoption des canaux de paiement numériques en sont la preuve.

un Liliangeni numérique en complément de l’argent liquide

Afin de s’assurer que les consommateurs continuent d’avoir accès à une monnaie de banque centrale légalement garantie, la Banque étudiera, dans le cadre du projet de MNBC, la possibilité d’émettre un Liliangeni numérique en complément de l’argent liquide. Cela implique la conception d’une monnaie numérique et de tous les aspects de gouvernance, d’accessibilité, d’interopérabilité, de sécurité et de programmabilité.

« La Banque centrale d’Eswatini est ravie d’avoir engagé G+D en tant que consultant technique pour nous accompagner dans notre voyage d’exploration et de formulation des considérations politiques fondamentales et cas d’utilisation d’une MNBC localisée. Nous sommes convaincus que l’expertise technologique de G+D et sa forte présence régionale sur notre continent nous permettront de réaliser un Lilangeni numérique et de nous assurer que nous sommes pleinement équipés pour émettre une MNBC« , déclare le gouverneur de la Banque centrale d’Eswatini, Dr. Phil Mnisi. Et

le Dr. Wolfram Seidemann, PDG de Giesecke+Devrient Currency Technology de souligner : « La Banque centrale d’Eswatini et G+D ont une longue histoire de collaboration et de confiance qui remonte à plus de 40 ans. Nous sommes fiers d’étendre ce partenariat à la recherche et l’exploration des services de monnaie numérique. Le Royaume d’Eswatini est parmi les premiers pays africains à franchir le pas vers une MNBC et nous sommes honorés de soutenir ce voyage vers la monnaie publique numérique avec notre expertise.« 

Le projet permettra à la Banque de prendre une décision éclairée sur la mise en œuvre d’une MNBC en Eswatini. Il est prévu qu’à la fin du projet, la Banque comprenne comment elle pourrait apporter des avantages supplémentaires et assurer un accès continu à la monnaie de la banque centrale, contribuant ainsi au développement d’un système de paiement diversifié et résilient dans le pays.

Giesecke+Devrient

Giesecke+Devrient (G+D) est un groupe mondial de technologies de sécurité dont le siège est à Munich. L’entreprise protège les paiements physiques et numériques, la connectivité des personnes et des machines, l’identité des personnes et des objets, ainsi que les infrastructures numériques et les données confidentielles. G+D a été fondée en 1852. Au cours de l’exercice 2021, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 2,38 milliards d’euros avec environ 11 800 employés. G+D est représenté par 89 filiales et coentreprises dans 32 pays.

Partager.

Répondre