fbpx

Niger : Le gouvernement sort son ‘’Plan Marshall’’ face aux inondations

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un Plan intégré de réponse évalué à 372 milliards FCFA dont 10 au titre de la contribution de l’État. C’est le ‘’Plan Marshall’’ du gouvernement nigérien pour faire face aux inondations.

 

Conseil des ministres sous la direction du Président Mahamadou Issoufou

Conseil des ministres sous la direction du Président Mahamadou Issoufou

Les inondations entraînées par les fortes précipitations, cette année, ont causé de nombreux dégâts frôlant une catastrophe humanitaire. Le bilan fait froid dans le dos : les inondations ont causé 71 décès et occasionné l’effondrement de 32 959 maisons faisant 350 915 personnes sinistrées, la destruction de plus de 9 000 hectares de cultures. Elles ont touché 714 villages et quartiers répartis dans 116 communes de 48 départements des 8 régions du pays. L’urgence humanitaire est discutée en conseil des ministres et le gouvernement sort son ‘’Plan Marshall’’.

tinmar 970

Tout d’abord, les autorités lancent un appel à la solidarité nationale au profit des victimes de ces inondations suivi des mesures d’urgence comme par exemple : relogement des ménages sinistrés sur toute l’étendue du territoire y compris en réquisitionnant des logements ; l’activation de tous les comités de gestion des épidémies ; l’accord de financement rapide du fonds CERF des Nations Unies ; le transfert monétaire à raison de 15 000 FCFA par ménage par mois pendant trois mois au profit de 100 000 ménages à Niamey et 300 000 ménages à l’intérieur du pays ; la réorientation de certains financements de projets de la Coopération allemande pour appuyer la gestion des inondations.

Ensuite le plan de réponse prévoit comme mesures structurelles, plusieurs aménagements d’assainissement et digues dans la ville de Niamey (Digue de Lamordé, Gunti Yéna, Digue de Goudel, Digue de Saga) et dans d’autres villes comme Dosso, Tahoua, et Agadez, ainsi que la réalisation du barrage de Kandadji. Il tient compte également de la systématisation des schémas d’assainissement des villes et l’inscription à l’Assurance africaine de prévention des Risques de Catastrophes (ARC) pour la composante inondation.

Partager.

Répondre