fbpx

Nigeria : Le Président Buhari rouvre les frontières avec le Bénin et le Niger

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après 18 mois de fermeture de ses frontières terrestres avec ses voisins, le Nigeria rétablit la circulation des biens et des personnes avec le Bénin et le Niger.

Ouf de soulagement au Niger, mais surtout au Bénin, ce mercredi 16 décembre 2020. En effet, le Président Muhammadu Buhari a ordonné la réouverture des frontières terrestres avec ses voisins, lesquelles étaient fermées depuis août 2019, soit il y a un an et demi.

A la manière de Donald Trump, l’annonce de cette nouvelle a été faite sur Twitter. Elle était tant attendue par Porto-Novo et Niamey dont les économies respectives dépendent étroitement des échanges avec leur voisin nigérian, pays ayant le plus important PIB du continent.

tinmar 970

Dès demain jeudi 17 décembre, quatre postes frontières seront ouverts, avant un retour total à la normalisation d’ici fin du mois, quand tous les autres points d’entrée seront rétablis a expliqué la ministre de l’économie Zainab Ahmed, lors d’un point presse aujourd’hui.

Néanmoins, selon elle, « le Président a rappelé que l’interdiction d’importer du riz, de la volaille et de tous les produits interdits d’entrée reste en vigueur et sera mise en place par les équipes des douanes aux frontières ».
Le Nigeria, faut-il le rappeler, avait imposé du jour au lendemain la fermeture des frontières terrestres pour développer l’industrie locale et freiner les importations, notamment via le port de Cotonou au Bénin, où transitaient de nombreux produits consommés sur son immense marché de 210 millions d’habitants.

Cette mesure avait eu des conséquences économiques dramatiques asphyxiant le Bénin, le sud du Niger mais aussi les communautés frontalières au Nigeria, qui vivent essentiellement du commerce avec ses voisins.
Parmi les produits ciblés avec cette fermeture figuraient notamment les voitures d’occasion, le carburant, mais également le riz importé d’Asie.

Evidemment, si la lutte contre la contrebande est justifiée, la fermeture des frontières est contraire aux règles de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union africaine qui entend déployer la zone de libre-échange dès début 2021.

Partager.

Répondre