fbpx

Passage du FCFA à l’Eco : L’universitaire togolais Nubukpo souhaite plus de clairvoyance

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Lomé devrait accueillir, en fin du mois d’avril prochain, une rencontre au sommet entre intellectuels et experts africains autour de la future monnaie commune sous-régionale, dénommée «les Etats généraux de l’Eco», à l’initiative de Kako Nubukpo, doyen de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEB) de l’université de Lomé.

 

Pour l’ancien ministre de la Prospective togolais, il s’agit de soumettre cette monnaie, l’Eco et ses enjeux au prisme de «l’expertise africaine», en vue d’apporter des réponses souveraines et idoines sur la question avant sa mise en œuvre. Ce symposium qui aura lieu du 28 au 30 avril 2021 à l’Université de Lomé, devrait ainsi réunir plusieurs grands noms africains sur la problématique de l’Eco. Sont d’ores et déjà annoncés, la malienne Aminata Traoré, le Bissau-guinéen Carlos Lopes, la Cap-verdienne Cristina Duarte, les Sénégalais Felwine Sarr et Demba Moussa Dembélé, l’Ivoirien Mamadou Koulibaly, et le Camerounais Martial Ze Belinga.

Selon l’initiateur de ce symposium, le grand «défi» économique de l’année 2021 pour la sous-région ouest-africaine, sera le «passage du F CFA à l’Eco». «De fait, les réformes actuelles concernent les aspects symboliques. En revanche elles ne touchent pas les critiques d’ordre économique, en particulier le caractère problématique de la parité fixe du FCFA avec l’Euro, et le sous financement chronique des économies de la zone franc en proie à un rationnement du crédit comme en témoignent les taux d’intérêt réels à deux chiffres qui étouffent les PME et bloquent tout processus d’industrialisation viable», a-t-il twitté.

Si l’universitaire Nubukpo, par ailleurs auteur de l’ouvrage «Urgence Africaine» reste convaincu que l’expertise africaine doit être présente collectivement au rendez-vous de l’histoire, il faut rappeler qu’il est à sa deuxième tentative pour une rencontre de ce genre après celle avortée de 2020. En tous les cas, «je nous souhaite plus de clairvoyance dans le projet de passage du franc CFA à l’Eco qui sera un défi majeur de l’an 2021 dont nous devons être les acteurs», relève-t-il.

Partager.

Répondre