fbpx

RDC : Visite du numéro deux de l’ONU

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Secrétaire général adjoint des Nations unies en charge des opérations et maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, est arrivé, hier mardi 22 février, dans le nord-est de la République démocratique du Congo pour une mission de trois jours essentiellement consacrée à la province de l’Ituri où des humanitaires sont la cible des attaques armées. 

Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint de l’ONU, à son arrivée à Bunia, dans l’est de la RDC, le 22 février 2022

Lacroix est arrivé à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri où il a été accueilli au pied de l’avion par le Vice-gouverneur de l’Ituri, le commissaire divisionnaire, Alonga Boni Benjamin. Il était accompagné du ministre congolais de la Défense, Gilbert Kabanda. 

Le chef adjoint de l’ONU a foulé le sol de l’Ituri en lieu et place d’Antonio Guterres, Secrétaire général, qui a annulé in extremis sa visite en RDC suite à la situation préoccupante en Ukraine menacée par une invasion russe. 
Dans un mémorandum destiné à Lacroix cité par l’AFP, la société civile de l’Ituri indique que plus de 150 personnes ont été tuées en l’espace de trois semaines dans la province, pourtant sous état de siège depuis environ dix mois. 

Alors que les besoins des populations vulnérables augmentent, l’espace humanitaire et l’accès aux soins pour les populations diminuent, a regretté Médecins Sans Frontières (MSF) dans un communiqué publié à l’occasion de la visite du responsable onusien.

“En juin 2021, l’hôpital de Boga en Ituri que nous soutenions depuis deux ans, était pillé et incendié privant la population du district de soins. En octobre dernier, un nouveau seuil a été franchi lorsque nos équipes MSF dans un convoi, pourtant bien identifié, ont été prises pour cible entre les territoires de Kobu et Bambu. Attaque au cours de laquelle, deux de nos collègues ont été grièvement blessés”, relate MSF. 
D’après les Nations unies, 7 humanitaires ont été tués en 2022, dans les provinces de l’Est dont 3 au Nord-Kivu, 2 en Ituri, 1 au Sud-Kivu et 1 au Tanganyika. Au total, 292 incidents ont été enregistrés, dont des actes de violence armée, toujours selon l’ONU, qui affirme avoir recensé également 29 humanitaires blessés et 25 autres enlevés en 2022.

 

 

Partager.

Répondre