fbpx

Rwanda : 2021, une année de relance et de croissance

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’année 2021 au Rwanda aura été une année de rebond de l’économie après une période erratique et incertaine induite par la pandémie du Covid-19. Après un plongeon historique de -3,4% l’an dernier, le PIB de ce pays d’Afrique de l’Est devrait enregistrer une croissance spectaculaire de 10,2% au cours de l’année qui s’achève.

Le pays des mille collines a été l’un des tout premiers en Afrique à décréter un confinement total de sa population suivi par plus d’un an et demi de couvre-feu strict. La décision prise par le gouvernement en mars 2021 d’assouplir les mesures drastiques a permis de favoriser une relance rapide de l’économie après un ralentissement sans précédent de l’activité économique.
Outre les dispositifs mis en place par les autorités pour contenir la propagation de la pandémie de coronavirus, une pléthore de mesures de soutien a prestement vu le jour pour venir en aide aux entreprises durement affectées par les répercussions de la crise sanitaire, notamment celles opérant dans les secteurs des services, du tourisme évènementiel et de l’hôtellerie.
« La forte croissance de l’économie rwandaise attendue en 2021 est tirée par une politique monétaire accommodante et une relance budgétaire », a expliqué le gouverneur de la Banque centrale du Rwanda, John Rwangombwa, indiquant que les projections de croissance ont été révisées à la hausse, à 10,2% au lieu de 5,1% estimé précédemment.
Ces projections de croissance, qui ont été confirmées par le Fonds monétaire international (FMI), s’expliquent également par la hausse des dépenses gouvernementales destinées à limiter l’impact socio-économique de la pandémie.
Pour atténuer l’impact économique du Covid-19, le gouvernement avait mis en place un Fonds de relance économique et des mesures portant sur le report des échéances du crédit bancaire au profit des entreprises impactées par la crise, la création de lignes de crédit additionnelles, le soutien des ménages vulnérables et la promotion de l’emploi et des investissements du secteur privé.
Au cours de l’année 2021, « la réponse politique des autorités rwandaises est restée bien conçue en permettant de se procurer rapidement des financements pour les vaccins, à accroître le soutien fiscal destiné aux ménages et aux entreprises et à fournir des liquidités suffisantes au système bancaire, compte tenu de la nature prolongée de la pandémie », relève le FMI.
Une récente mission du FMI, dirigée par Haimanot Teferra, a tenu une série de réunions virtuelles avec les responsables rwandais avant de conclure que « les perspectives de croissance de l’économie rwandaise en 2021 bénéficieraient des retombées positives de la reprise mondiale, d’une relance budgétaire soutenue et d’un déploiement accéléré de la vaccination ».

Soutien à quelque 4000 PME et TPE

Le Fonds de relance économique, l’un des dispositifs majeurs mis en place par le gouvernement pour redresser l’économie, a apporté un soutien financier à environ 4000 petites et moyennes entreprises, selon un rapport publié par le ministère des Finances et de la Planification économique.
Plus de 140 hôtels, tout comme les écoles et les principaux opérateurs des transports publics, ont bénéficié de prêts restructurés financés par le Fonds de relance, précise le rapport.
Le Rwanda a jusqu’à présent évité le pire de la pandémie en appliquant les mesures parmi les plus strictes et les plus efficaces du continent et en mettant en œuvre un système rigoureux de tests et de recherche des cas contacts.
En matière de vaccination, le Rwanda a engagé une stratégie vaccinale progressive de la population. La quasi-totalité de la capitale est déjà vaccinée tout comme environ 26% de la population de ce pays de 12,5 millions d’habitants.
Depuis plusieurs semaines, le pays enregistre quotidiennement une vingtaine de nouveaux cas de coronavirus, alors que le nombre des décès n’a pas franchi la barre de 2.000 depuis le début de la pandémie.
L’année 2022 s’annonce charnière pour le Rwanda, avec pour perspectives de maintenir une relance forte et durable dans le temps, mais aussi de renforcer la résilience de l’économie face à tout éventuel choc.
Lors de la présentation au Parlement du projet de budget pour l’exercice 2021/22, le ministre d’État chargé du Trésor national, Richard Tushabe, a affirmé que les dépenses relatives au budget au titre de l’exercice en cours seront principalement axées sur le soutien aux PME, la protection sociale, la santé, l’éducation et la production agricole.

Partager.

Répondre