fbpx

Souleymane Berthé, Directeur général de l’AER-MALI

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au Mali, de plus en plus d’habitants des zones rurales ont accès à l’électricité grâce à l’Agence des énergies renouvelables (AER). À l’heure où l’énergie s’impose comme une priorité pour ce pays, la transporter jusque dans ces régions isolées représente d’énormes investissements. 

Souleymane Berthé, Directeur général de l’AER-Mali, revient sur les réalisations du bras armé de l’Etat dans le développement des énergies propres.

 

« Le Mali en plus du solaire possède un grand potentiel de vent pour la production de l’énergie éolienne »

 

AFRIMAG : Quel est le bilan de l’Agence des Énergies Renouvelables du Mali (AER) en 2019 en termes de réalisation?

Souleymane Berthe, Directeur général de l’AER-Mali

Souleymane Berthe, Directeur général de l’AER-Mali

Souleymane Berthe : Les réalisations de l’AER-Mali ont porté sur plusieurs activités, parmi lesquelles on trouve la réalisation de deux centrales hybrides (solaire-plateforme) et trois centrales en cours dans le cadre du projet de promotion de production durable d’électricité en milieu rural par le biais des technologies hybrides.

C’est le cas également avec plusieurs autres réalisations parmi lesquelles :

  • Le projet d’électrification rurale par énergie solaire, pour la réalisation de mini-centrales solaires avec stockage et mini-réseaux dans 70 localités du Mali sur financement du Fonds Vert pour le Climat et la BOAD ;
  • Le projet de développement des centrales solaires à vocation sous-régionale dans le cadre du WAPP, qui prévoit la réalisation de centrales solaires au Mali de 150 MWc à 300 MWc ;
  • Le projet d’échange d’expériences et de transfert dans le domaine des technologies solaires avec la république de Lituanie, pour la réalisation de 200KWc dans deux établissements maliens : l’hôpital Gabriel Touré et l’Université des sciences Techniques et de Technologie de Bamako (USTTB) ;
  • L’installation de 4 mats de mesure de vent et de l’irradiation solaire pour la réalisation des cartographies solaires et du vent ;
  • La relecture de la politique énergétique du Mali ;
  • La relecture de la stratégie de développement des EnR.

Ceci étant, dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables nous avions organisé la semaine malienne des Énergies Renouvelables en février 2019 qui a pu regrouper plus de 500 participants avec plus de 3000 visiteurs et avec 5 conférences thématiques. C’était également l’occasion de repenser la formation des artisans maliens dans la fabrication des équipements solaires thermiques (séchoirs, chauffe-eau solaire) et l’installation des petits systèmes solaires photovoltaïques.

D’autres activités étaient également à l’honneur c’est le cas de :

  • La fabrication et fourniture des séchoirs solaires aux associations de femmes des régions de Gao, Tombouctou, Kidal et Ménaka et aussi la formation des bénéficiaires ;
  • L’installation de 1400 lampadaires en cours sur l’ensemble du pays dans le cadre du programme de 36123 lampadaires ;
  • La distribution de plus de 600 kits solaires et de 250 lampadaires et des systèmes de pompage dans le cadre du Projet d’Électrification villageoise par Système Solaire (PEVES).

 

La Centrale Solaire de 50MW que vous avez réalisée est déjà mise en service et sera bientôt inaugurée. Quel impact attendu de cette Centrale dans l’amélioration du mixte énergétique?

La Centrale Solaire de 50 MW va augmenter la part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique, qui est aujourd’hui de 5%.

Elle contribuera également à diminuer les coupures de l’Énergie du Mali.

 

Quels sont les financements que l’AER-Mali a pu mobiliser ces dernières années ? Et à quelles conditions?

Nous avions mobilisé plus de 2 milliards FCFA avec le Fonds environnement Mondial (FEM) à travers le PNUD pour le projet hybridation des plateformes avec solaire photovoltaïque sur des fonds non remboursables.

Dans le cadre du Fonds Vert pour Climat, nous avions mobilisé 25.968.612CFA à taux 0% remboursable sur 40 ans et 8.283.595 FCFA pour la BOAD.

Concernant le partenariat avec la Lituanienne on a pu réaliser deux centrales de 100 kWc chacune sur le toit de l’hôpital Gabriel Touré et l’Université des Sciences Techniques et de Technologies de Bamako sous forme de don.

Exim bank, quant à elle, elle a donné son accord pour le financement d’une centrale solaire à Fana pour 63 milliards FCFA et le projet d’irrigation durable de 2500 hectares par énergie solaire pour un montant de 11,80 milliards de FCFA. Ces crédits sont à taux concessionnel. 

Aussi dans le cadre de la coopération avec la république Populaire de Chine nous avions eu le financement d’électrification et d’adduction d’eau par système d’énergie solaire de deux villages au Mali à plus de 2 milliards de FCFA comme aide pour la population vivant en milieu rural.

Il faut noter que sur le budget national, il y a une mobilisation de plus de 5 milliards de FCFA dans le cadre du programme de 36123 lampadaires pour la fourniture et de l’installation de 3000 unités.

 

En dehors du solaire, quels autres projets l’AER-Mali a dans le pipe?

Comme vous le saviez le Mali en plus du solaire possède un grand potentiel de vent pour la production de l’énergie éolienne surtout au Nord du pays dans sa partie saharienne. Vu les problèmes d’insécurité dans cette partie du pays, nous avions effectué des mesures à l’ouest plus précisément à Kayes. Les résultats des mesures du vent ont été très positifs. C’est le relief qui a favorisé la formation des couloirs de vent. Nos études primaires ont permis d’identifier un site de centrale éolienne d’une capacité de 150 MW. Nous avions signé avec le partenaire Rencore Energy un protocole pour le développement de cette centrale éolienne.

Aussi, dans le cadre de nos projets de recherche, nous sommes en train de développer un nouveau concept d’hybridation du solaire photovoltaïque avec le moteur magnétique. Cette application pourra être plus efficace dans le cadre de l’électrification rurale et le pompage n’utilisant pas pratiquement de batteries pour le stockage et l’énergie est propre, car le moteur magnétique fonctionne sur la base de magnétisme et n’a pas besoin de combustible pour la production d’énergie.

En plus avec les soutiens de l’UEMOA /IFDD et de l’Alliance Solaire Internationale nous allons renforcer les capacités de nos laboratoires en matériels de test de qualité et de labélisation des équipements d’énergies renouvelables, et aussi  d’efficacité énergétique.

Partager.

Répondre