Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Afrique de l’Est : La RDC courtise la CAE

Afrique de l’Est : La RDC courtise la CAE

La République démocratique du Congo (RDC) manifeste officiellement aujourd’hui sa volonté d’adhérer à la Communauté est-africaine (CEA). Une idée chère à son nouveau Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

C’est à travers une lettre du 8 juin 2019 adressée au président rwandais Paul Kagame et président en exerce de la CEA que ce pays-continent avec 2.345.410 km2 a dévoilé son intention. Le président Tshisekedi a demandé officiellement son adhésion. D’après lui, cette requête est motivée par les échanges commerciaux en pleine croissance entre les opérateurs économiques de la RDC et ceux des Etats-membres de la CEA.

Entretien entre le président Félix Tshisekedi avec son homologue président Pierre Nkurunziza

Entretien entre le président Félix Tshisekedi avec son homologue président Pierre Nkurunziza

« Je saurais gré de bien vouloir porter à la connaissance de différents Chefs d’Etats, membres de la Communauté, mon désir ardent  de les rejoindre afin que nous puissions travailler ensemble pour le développement de nos pays respectifs et stabiliser cette partie de l’Afrique», a-t-il mentionné dans sa correspondance.

La volonté d’intégrer cette communauté avait d’ailleurs été soulevée en février de cette année lors de sa visite au Kenya. «Intégrer ce regroupement, va permettre à mon pays de renforcer ses liens économiques avec les autres pays de cette partie du continent», avait-il émis, après un entretien avec le président kenyan Uhuru Kenyatta.

En quête des soutiens, le président Tshisekedi a récemment effectué une tournée dans certains pays de cette communauté sous-régionale.

Et des avis favorables n’ont pas tardé. En effet, dans une déclaration faite mi-juin, le président tanzanien, John Pombe Magufuli, a approuvé la demande d’adhésion de la RDC à cette organisation.

Ainsi, Dar Es Salam est devenue le premier pays membre, sur les six (Burundi,  Kenya, Ouganda, Rwanda, Soudan du Sud et Tanzanie) que compte cette organisation, à se prononcer favorable à l’adhésion de la  RDC à la Communauté est-africaine.

A l’issue d’une visite du Président congolais en Tanzanie, le 13 juin, son homologue tanzanien  a d’ailleurs annoncé la construction d’une ligne ferroviaire reliant le port de Dar-es-Salam (Tanzanie) à la République démocratique du Congo, en passant par le Rwanda.

Pour rappel, dans le cadre de coopération économique, la RDC et la Tanzanie ont convenu depuis 2016, à l’époque du Président Kabila, de poursuivre les activités d’exploration pétrolière et gazière communes dans le lac Tanganyika. Une question qui est même revenue sur la table lors de la visite du 13 juin.

Pour sa part, le 2ème Vice-président de l’Union africaine et Président de la sous-région Afrique Centrale, le Président Félix Tshisekedi a souligné que son but ultime est de donner une nouvelle impulsion aux relations diplomatiques avec ses voisins.

Après la Tanzanie, il s’est rendu à Bujumbura, capitale économique du Burundi.  L’objectif principal étant toujours de chercher le soutien du Président Pierre Nkurunziza à sa demande d’adhésion à la CEA. Des questions des échanges économiques et sécuritaires dans la plaine de la Rusizi séparant les deux pays (Ouest du Burundi) ont été également au menu de l’entretien.

Il faut signaler qu’à l’Ouest du Burundi, il existe un dalot qui relie la localité de Gatumba (côté burundais) à la localité de Kavimvira (Est de la RDC). Il se trouve sur un axe stratégique pour les économies de ces deux pays. C’est un lieu stratégique où passent les marchandises en provenance du Burundi vers les villages de la province du Sud Kivu.

La CEA, quid ?

La Communauté est-africaine (CEA) ou Est African Community (EAC) avait été créée en 1967 avant de fermer ses portes dix ans plus tard. C’est en 2001 qu’elle a refait surface, composée alors de trois Etats (Kenya, Ouganda, Tanzanie). En 2007, elle a été rejointe par le Rwanda et le Burundi avant d’intégrer le Soudan du Sud en 2016. Aujourd’hui, elle compte six Etats membres.

La RDC, comme le Malawi et la Zambie, avaient été invités à rejoindre l’organisation en 2010. Mais aucun des trois pays n’avait pas encore donné suite à cette demande.

Le libre-échange est déjà en vigueur entre les Etats de cette communauté sous-régionale dirigée aujourd’hui par le Président rwandais Paul Kagame, avec le siège à Arusha en Tanzanie.

En effet, depuis 2008, la Communauté d’Afrique de l’Est a accordé une expansion du marché de libre-échange entre tous les Etats membres de la SADC (Etats de l’Afrique australe) et le Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), deux organisations dont fait déjà partie la RDC. 

En 2010, la CAE a lancé son propre marché commun des biens, du travail et des capitaux de la région.

La CAE couvre une superficie de 1,8 million de km2 avec une population d’environ 150 millions et dispose d’importantes ressources naturelles. Les langues officielles sont le swahili, l’anglais et le français.

Accords de libre échange Communauté est-africaine (CEA) Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo Pierre Nkurunziza

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Impulse