fbpx

Afrique : La guerre en Ukraine va fracasser les notations souveraines

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’agence de notation S&P Global estime dans un rapport publié le 1er juin, que le choc alimentaire mondial consécutif à l’invasion de l’Ukraine par la Russie aura des conséquences négatives sur les notations souveraines et donc, sur le coût de la dette publique ainsi que sur la stabilité sociale en Afrique et dans plusieurs autres régions du monde.

«Les pays à revenu faible et moyen inférieur d’Asie centrale, du Moyen-Orient, d’Afrique et du Caucase seront particulièrement touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires et les pénuries d’approvisionnement, dans le sillage de la guerre entre la Russie et l’Ukraine», souligne le rapport intitulé «Le choc alimentaire mondial durera des années, pas des mois» (The Global Food Shock Will Last Years, Not Months).

S&P Global Ratings note également que la hausse des prix alimentaires risque de peser sur la stabilité sociale d’un grand nombre de pays. Etant donné que nombre d’entre eux ont une capacité limitée à remplacer les importations par des produits de substitution, l’ajustement aux chocs de prix entraînerait une baisse des disponibilités alimentaires. Ce qui augmenterait le risque de troubles sociaux, pronostique l’agence de notation financière.

Les analystes de S&P Global Ratings relèvent que le choc alimentaire mondial aura un impact négatif sur les notations souveraines et les obligations d’Etat dans plusieurs pays : «Bien que nombre d’obligations d’Etat les plus exposées à ce risque aient déjà des notes de crédit très basses, les retombées économiques et politiques du choc alimentaire pourraient contribuer à la dégradation des notes».

Pour l’agence, les pays les plus vulnérables sont aussi les plus grands importateurs, par rapport à leur PIB, des principaux produits céréaliers les plus touchés par le conflit, citant le cas des Etats arabes tels que le Liban, l’Egypte… qui sont très «sensibles aux perturbations», en raison de leur forte dépendance à l’Ukraine pour leur approvisionnement en céréales.

 

 

Partager.

Répondre