fbpx

Burkina Faso : Accord de défense, le Premier ministre opte pour la Russie mais…

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Me Kyelem Apollinaire de Tambela, le tout nouveau Premier ministre du Burkina Faso  

Habitué des médias, le nouveau locataire de la primature a tranché la question d’une collaboration de son pays avec la Russie de Poutine depuis les ondes d’Omega FM.

Pour une lutte réussie contre le terrorisme, le Burkina Faso ira-t-il avec le Kremlin ? Me Kyelem Apollinaire de Tambela, a donné sa position sur la question. Si pour le Premier ministre, tout partenariat dans le cadre de la lutte contre le terrorisme est à prendre, rien ne se fera dans la compromission.

«Depuis les années 60, nous sommes en relation avec la Russie. Nous sommes déjà en partenariat avec la Russie. Vous savez qu’il y a des armes que nous achetons avec  Moscou et même l’Ukraine. Donc le partenariat avec le Kremlin existe déjà. Maintenant peut-être que nous pourrions le renforcer en tenant compte des réalités actuelles», a-t-il avoué en réponse à une question de la Radio Omega.

Tout comme au Mali voisin où le régime du colonel Assimi Goïta a noué et affiché ses relations avec le controversé groupe paramilitaire privé russe de Wagner, la population du Faso appelle à en faire de même. Lors des événements qui ont conduit à l’éviction du pouvoir du lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, des drapeaux russes ont été brandis par la foule des manifestants. Non sans souhaiter une rupture avec la France qui n’aurait pas fait ses preuves dans la lutte contre le terrorisme, selon certains Burkinabè.

Néanmoins, celui dont le gouvernement est attendu, a insisté sur une chose : tout partenariat se fera avec la mise en avant des intérêts de son pays.

«Il ne sera pas question pour le Burkina Faso de se laisser dominer par un partenaire quelconque. Cela doit être clair. Quel que soit le pays, il ne sera pas question pour le Burkina Faso de se laisser dompter par qui que ce soit . Nous négocierons avec tout partenaire en ayant en vue l’intérêt d’abord du Faso. Si nous estimons que pour le Burkina Faso il y a un partenaire qui n’est pas loyal avec nous, nous attirerons son attention. Et s’il persiste dans son comportement, nous reverrons nos relations avec ce dernier. Que cela soit clair et compris par tout le monde», a conclu Me Kyelem.

Tout sera clair quand l’identité du prochain ministre de la Défense va être rendue publique et que la loi de programmation militaire va être définie.

Partager.

Répondre