fbpx

«Congo Hold-Up» : Kabila, braqueur en chef du Trésor

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La filiale congolaise de la banque BGFIBank fait l’objet de la plus grande fuite de documents bancaires d’Afrique par «Congo Hold-up», un consortium coordonné par le réseau de médias European Investigative Collaborations (EIC). L’enquête publie des révélations fracassantes sur le détournement massif de l’argent public par Joseph Kabila et son clan. 138 millions de dollars ont indûment bénéficié aux frères et sœurs de l’ex-président. Et ce n’est qu’une estimation basse.

L’enquête soulève des questions sur les bénéficiaires des transferts d’argent et d’éventuels conflits d’intérêts : Le directeur général de la filiale de BGFI en RD Congo, BGFI Banque RDC, de 2012 à 2018 était Francis Selemani, le frère adoptif de Joseph Kabila. La sœur adoptive de Joseph Kabila, Gloria Mteyu, détenait 40% de l’activité de BGFI en RD Congo, qui a été créée en 2010.

Pour comprendre ces bouleversements, il faut revenir deux ans en arrière. Le premier scandale éclate en octobre 2016 dans les colonnes du quotidien belge Le Soir : documents à l’appuil’ancien chef du département des engagements de la BGFIBank RDC, Jean-Jacques Lumumba, dénonce des « retraits douteux », des chèques non justifiés, des versements étonnants effectués par la Banque centrale du Congo sur le compte BGFIBank d’une société privée, Egal, détenue par des proches de Joseph Kabila. Il dénonce également un prêt illicite de 25 millions de dollars accordé par la BGFIBank RDC à la Commission électorale nationale indépendante (Céni), alors que les comptes de la Céni avaient été bloqués par la Banque centrale congolaise en raison d’impayés.

Le soupçon formulé par Jean-Jacques Lumumba est que l’argent destiné aux élections ait été dilapidé en décaissements irréguliers. La fuite de ces « Lumumba Papers » a provoqué une série d’audits internes à la BGFIBank RDC. Ces audits dont les conclusions ont été accablantes pour les dirigeants de la banque, ont poussés ces derniers à une discrète exfiltration, en mai 2018, de Francis Selemani Mtwale, frère adoptif de Joseph Kabila.

Les révélations de Congo Hold-up, qui ne sont qu’à leur début, jettent une lumière crue sur l’ampleur des malversations à la BGFI RDC. La banque est aussi dans le collimateur de la justice congolaise.

Interrogé par RFI et Mediapart, tous deux partenaires de Congo Hold-up, le patron de l’Inspection générale des finances (IGF) de la RDC, Jules Alingete, ne mâche pas ses mots : « Pour moi, BGFI est une banque mafieuse. C’est un inspecteur général qui parle, après avoir mené ses enquêtes. C’est inacceptable ce qu’il s’est passé. »

 

Partager.

Un commentaire

  1. Rachid ELAÏDI le

    Il semble qu’au poste occupé par Kabila tout était possible si on compare ce qui se passe dans les autres pays dits du tiers monde . Mais il y a une chose qui me semble importante est que pour accuser il faut des preuves sans ces preuves tout le monde est innocent

Répondre