fbpx

Guinée Conakry : Entre serment et souveraineté nationale

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La journée du samedi 2 octobre 2021 fut célébrée à Conakry avec Mamady Doumbouya dans ses habits de président investi la veille. Une page historique  qui a vu la présence d’acteurs de premier plan du Mali.

C’est fait ! Il est finalement le président de la transition, chef de l’État guinéen, car depuis le 5 septembre, il est considéré comme le meneur  de la junte. Lui, c’est le colonel tombeur d’Alpha Condé qui a prêté serment devant la Cour suprême et non la Cour constitutionnellePlusieurs invités  de la classe politique guinéenne, la société civile, et les diplomates accrédités en Guinée ont pris part à l’investiture. A la loge VIP,  le colonel Malick Diaw venu de Bamako pour représenter le Mali.

Si la légitimité est populaire, la légalité appartient à ce qui reste conforme à la loi. Le président Doumbouya a eu recours à une formalité juridique pouvant lui permettre d’agir après avoir consommé la vacance du pouvoir. Son mandat dont la durée n’est pas définie intervient dans un contexte où la Cedeao exige que le retour à l’ordre constitutionnel se fasse en mars 2022.

Bien que son discours à la nation est rassurant, il faudra se méfier des opérations de séduction et du populisme. Seuls les actes accompagnant les discours permettront de situer l’opinion et les observateurs.

Partager.

Répondre