fbpx

Le Centre africain de contrôle des maladies et le PAP décident de coopérer pour les urgences sanitaires

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dr. John N. Nkengasong, Directeur CDC Afrique


Le Centre africain de contrôle des maladies (CDC) a exprimé, mardi 23 août à Johannesburg, son désir de continuer à travailler en étroite collaboration avec le Parlement panafricain (PAP) pour veiller à ce que les politiques et décisions de l’Union africaine sur les urgences sanitaires soient formulées, préconisées et mises en œuvre.

S’exprimant lors du programme de formation en cours pour les législateurs du PAP à Midrand, en Afrique du Sud, Dr. Lul Riek, coordinateur régional pour le CDC Afrique, a déclaré que les synergies pour la coopération sont arrivées à un moment opportun alors que le continent africain s’efforce de passer à l’ère après Covid-19.

L’Afrique a bien réagi au Covid-19

«Rien ne remplace le travail en partenariat, la coordination et la prestation d’un leadership efficace. L’Afrique a bien réagi au Covid-19, car elle a choisi de travailler ensemble. En fait, l’Afrique est le seul continent à avoir mis en place une stratégie conjointe pour lutter contre l’épidémie de Covid-19», s’est-il enorgueilli.

À ce jour, l’Afrique compte plus de 12 millions de cas confirmés de coronavirus et environ 254.000 décès. L’UA dont les interventions comprenaient la création d’un Fonds de réponse Covid-19, vise à faire vacciner environ 900 millions d’Africains.

Selon le responsable du CDC, le Parlement panafricain fournira le soutien, le leadership et le plaidoyer nécessaires pour soutenir les efforts des États membres de l’UA dans la lutte contre le

Covid 19 et veillera à ce qu’aucun pays ne soit laissé pour compte. Le PAP s’est également engagé à créer un environnement propice pour défendre la pleine mise en œuvre du nouvel ordre de santé publique vers l’autonomie, à travers diverses plateformes, leaderships, législations et l’engagement des parlements nationaux et régionaux.

Le nouvel ordre de santé publique vise à renforcer les effectifs de santé publique, à augmenter le financement national de la santé, à renforcer les institutions de santé publique et à développer la fabrication locale de médicaments, explique Dr. Lul Riek.

Les Commission permanentes du PAP se réunissent, du 22 août au 02 septembre, sous le thème : «Renforcer la résilience en matière de nutrition sur le continent africain : Accélérer le développement humain, social et économique». Elles devraient plancher sur plusieurs sujets d’ordre économique, sécuritaire, sanitaire et des droits de l’homme en Afrique.

Lors de ce conclave, les afro-députés devraient participer à cinq sessions thématiques qui marqueront la reprise des activités parlementaires depuis la session ordinaire de juin dernier qui a été couronnée par l’élection du Bureau du PAP, des caucus représentant les cinq régions de l’Afrique, ainsi que des Commissions permanentes.

Le Parlement panafricain est l’un des organes de l’Union africaine tel que défini par le Traité instituant la Communauté économique africaine (Traité d’Abuja). Le Parlement est conçu comme une plate-forme permettant aux citoyens de tous les États africains d’être impliqués dans les discussions et la prise de décision sur les problèmes et les défis auxquels le continent est confronté.

Le premier PAP a été inauguré le 18 mars 2004 à Addis-Abeba, en Éthiopie. Le Parlement panafricain a son siège à Midrand, en Afrique du Sud.

Partager.

Répondre