fbpx

Le cours de la bourse vit aussi au rythme de la musique populaire  

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Quels sont les facteurs qui influencent le marché boursier ? La célèbre hypothèse de l’efficience des marchés suppose que les investisseurs forment des anticipations rationnelles. Ces derniers sont toutefois des acteurs humains, en prise aux émotions… Se pourrait-il que ces émotions aient des répercussions sur le marché boursier ? Cette question est complexe car les émotions sont difficilement observables. 

               Par le Prof. Alexandre Garel, Audencia

Toutefois, dans une nouvelle étude « Music Sentiment and Stock Returns Around the World » réalisée avec mes co-auteurs Alex Edmans (London Business School), Adrian Fernandez-Perez et Ivan Indriawan (tous deux de Auckland University of Technology), nous avons utilisé la musique pour créer une mesure qui reflète directement l’humeur moyenne des individus d’un pays.

Mesurer l’humeur grâce à la musique

Des travaux en psychologie montrent que l’on choisit d’écouter une chanson ou un morceau de musique parce qu’ils sont le miroir de notre état d’esprit. Grâce à la plateforme Spotify et ses 345 millions d’utilisateurs dans le monde (au dernier trimestre de 2020), nous avons pu étudier les chansons écoutées par les individus de différents pays. Spotify utilise un algorithme qui quantifie, pour chaque chanson, la positivité de sa mélodie. Par exemple, «September» du groupe Earth, Wind, and Fire est la chanson la plus positive de la plateforme et «Legion Inoculant» du groupe TOOL est la plus négative. Grâce à ces données, nous avons donc pu calculer le sentiment musical, c’est-à-dire une mesure de l’humeur moyenne d’un pays exprimé par la positivité des chansons que ses citoyens écoutent.

Un lien entre les variations boursières et les changements de positivité musicale

Notre étude analyse le lien entre des changements de positivité de la musique écoutée et les rendements boursiers. Les résultats montrent qu’une amélioration de la positivité de la musique (et donc de l’humeur des individus d’un pays) pour une semaine donnée est, en moyenne, associée à une augmentation significative des rendements boursiers de 8,1 points de base du marché boursier d’un pays au cours de la même semaine (ou 4,3 % annualisé). Cette augmentation est corrigée la semaine suivante : le cours de bourse chute d’une magnitude comparable à l’augmentation initiale (une baisse de 7,0 points de base, ou 3,7% annualisé). Cela confirme que les rendements induits par les changements d’humeurs ne sont pas liés aux fondamentaux économiques, puisque les gains de valeur ne persistent pas dans le temps.

Il faut souligner que l’étude des choix musicaux n’est pas nouvelle. Par exemple, Andy Haldane, un ancien économiste en chef de la Banque d’Angleterre, a relevé que les données d’écoute de Spotify pouvaient prédire les dépenses des consommateurs au moins aussi bien que les enquêtes de confiance des consommateurs.

L’humeur musicale à l’épreuve des tests
On pourrait se demander si les gens choisissent leur musique pour neutraliser leur humeur, plutôt que pour la refléter, en optant par exemple pour une musique entraînante pour chasser une humeur maussade. Mais les données ne valident pas cette hypothèse. Nous avons pu démontrer que le sentiment musical est plus positif pendant les jours les plus ensoleillés et les jours qui rallongent ainsi que lors de l’assouplissement des restrictions Covid-19, ce que des recherches antérieures ont montré être des périodes de bonne humeur.

In fine, notre étude montre que le marché boursier est affecté par les émotions. Votre état d’esprit influence votre choix d’investissement et donc vos rendements. Cela a des implications importantes pour tous les investisseurs, tant les individus qui tentent de choisir un fonds commun de placement pour leur retraite que les traders qui investissent pour un client. Notre message est simple : avant toute décision, posez-vous un instant et demandez-vous si votre choix est guidé par l’analyse plutôt que par les émotions. Et si vous vous sentez particulièrement heureux ou malheureux ce jour-là, peut-être serait-il sage de reporter la décision au lendemain. 

L’étude est basée sur les données de Spotify du 1er janvier au 31 décembre 2020 sur un échantillon de 40 pays, représentant plus de 58 000 chansons uniques et plus de 500 milliards de streams.

Partager.

Répondre