fbpx

Libre-échange : C’est parti pour la Zlecaf dès ce 1er janvier 2021

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Il ne reste plus que quelques jours, vingt-quatre plus précisément à compter de ce 7 décembre, pour que démarre progressivement la zone africaine de libre-échange. Les dirigeants du continent en ont décidé ainsi lors de leur sommet tenu ce week-end par visioconférence. Bien entendu, beaucoup de choses doivent être affinées notamment les règles d’origine et les listes d’engagement de chaque pays pour les 5 secteurs ciblés par la phase I.

Dès ce 1er janvier 2021, les pays membres ayant ratifié l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pourront effectuer des échanges non soumis aux droits de douane, pour les biens produits localement. Ainsi, les dirigeants ont demandé aux institutions africaines de fournir un soutien technique et financier pour sa mise en œuvre.

«Nous appelons les femmes, les jeunes, les entreprises, les syndicats, la société civile, les commerçants transfrontaliers, les universités, la diaspora africaine et d’autres parties prenantes à se joindre à nous en tant que gouvernements dans cet effort historique de créer l’Afrique que nous voulons en accord avec l’Agenda 2063 de l’Union africaine», déclarent les dirigeants, à l’issue de leur 13ème sommet extraordinaire des États membres qui s’est tenu virtuellement samedi 5 décembre.

tinmar 970

La question qui se pose est celle de savoir combien de pays sont concernés par la Zone à partir de janvier prochain. Selon le Président nigérien, Mahamadou Issoufou, champion de la Zlecaf, à ce jour 34 pays membres ont déjà ratifié, sur l’ensemble des signataires, sachant que seul l’Erythrée a choisi pour le moment de rester à l’écart.

Evidemment, il ne faut pas aller trop vite en besogne, puisque le libre-échange est conditionné par les règles d’origine. Or, le processus des négociations en vue de l’adoption définitive a été interrompu par la survenue de la pandémie du Covid-19, a rappelé le chef de l’Etat nigérien.

D’ailleurs, selon le rapport qu’il a présenté certains Etats membres et unions douanières ont fait observer qu’ils devront compléter les règles d’origine avant de finaliser les offres tarifaires, car il existe un lien entre les règles d’origine et les offres tarifaires.

Néanmoins le Mahamadou Issoufou suggère « de lancer le démarrage des échanges commerciaux sur la base de règles d’origine déjà convenues, et également aux ministres de Commerce de l’Union d’établir un programme de travail sur une période de six mois pour conclure les questions en suspens sur les règles d’origine ». Pour le secteur des échanges commerciaux, le champion de la Zlecaf a demandé à tous les Etats de soumettre dans les brefs délais leurs listes d’engagements spécifiques pour les cinq secteurs (les services aux entreprises, les communications, les finances, le tourisme et les transports) d’ici juin 2021.

Partager.

Répondre