fbpx

Nouveau Code des Investissements du Bénin : Focus sur les principales innovations

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Bénin a adopté un nouveau Code des investissements, (<< le Code >>), à travers la loi n°2020‐02 du 20 mars 2020 portant Code des investissements en République du Bénin. Ce texte abroge et remplace la loi n°90‐002 du 09 mai 1990 portant Code des investissements et ses textes modificatifs consécutifs à son adoption.

Mouhamed Kebe

Mouhamed KEBE
Avocat, Arbitre CCJA,
Membre de la Cour d’Arbitrage de la CCI
Managing Partner, GENI & KEBE

Le Code comporte 54 articles dont les dispositions sont exhaustives sur les sujets qu’elles adressent contrairement à l’ancien code qui comporte plus d’articles dont les dispositions n’étaient pas toujours complètes. Le nouveau dispositif comporte au fond      nombre d’innovations allant du renouvellement du cadre institutionnel au réaménagement des règles fiscales en passant par une révision des modes de règlement de différends. Il s’inscrit ainsi dans un objectif de transparence et d’attractivité des investissements en République du Benin.

La présente analyse revient sur les principales innovations et dresse un tableau synoptique comparatif de principales évolutions législatives et règlementaires entre le Code de 1990 et celui de 2020.

tinmar 970

Le réaménagement du régime d’agrément

Ce réaménagement se manifeste autant dans la typologie de catégories de sous-régimes contenus dans le régime d’agrément que dans les activités désormais exclues de ce régime.

Alors que l’ancien code prévoyait un (1) régime de droit commun, cinq (5) régimes privilégiés (A, B, C, D, E) et un (1) et un régime spécial (entreprises artisanales notamment)[1], le code de 2020 prévoit un (1) régime de droit commun et des régimes privilégiés comportant trois (3) régimes privilégiés de base et deux (2) régimes spéciaux dont les contenus respectifs doivent être déterminés dans les actes règlementaires d’application du Code. Les régimes privilégiés de base (A, B, C) offrent aux entreprises nationales et étrangères de droit béninois, des avantages douaniers et fiscaux. Quant aux régimes privilégiés spéciaux à savoir le régime d’incitation sectorielle et le régime des investissements spécifiques, il faut noter que le premier vise à encourager les investissements dans des activités ou secteurs économiques jugés stratégiques pour les entreprises éligibles en régimes A et B conformément à un décret pris en Conseil des Ministres et le second vise à faciliter la réalisation de projets d’infrastructures et d’équipements à usage touristique, culturel, sportif, sanitaire et éducatif.

Au titre des activités exclues du régime d’agrément, il y a les activités consistant en l’achat pour la revente en l’état, les activités de reconditionnement, de découpage, de torsadage ou d’emballage de produits finis ou semi‐finis et toutes autres activités n’entraînant pas une ouvraison ou une transformation au sens de la nomenclature douanière[2].

Avantages fiscaux et garanties accordés aux investissements

Le Code offre par rapport à l’ancien des incitations et avantages fiscaux clairs et précis et de nouvelles garanties accordées aux investisseurs.

Concernant les avantages et incitations fiscaux, il convient de noter que le Code insère de nouveaux avantages. Ainsi, au titre du régime A et pendant la période d’exploitation, l’investisseur bénéficie de l’exonération de l’Impôt sur les Sociétés (IS), de l’Acompte sur Impôt assis sur les Bénéfices (AIB), de l’impôt minimum forfaitaire, de l’exonération de la contribution des patentes et licences et réduction de 50 % du montant du versement patronal sur salaires. Alors que dans l’ancien texte, pour cette même catégorie, l’investisseur n’avait droit, pendant la période d’exploitation qu’à l’exonération de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et l’exemption des droits et taxes de sortie applicables aux produits préparés, manufacturés et exportés par l’entreprise[3].

Aussi, dans le régime B et pendant la période d’exploitation, le nouveau code confère à l’investisseur une exonération de l’impôt sur les sociétés (IS), de l’Acompte sur Impôt assis sur les Bénéfices (AIB) et l’impôt minimum forfaitaire, l’exonération de la contribution des patentes et licences et la réduction de 80 % du montant du versement patronal sur salaires[4]. En comparaison, dans l’ancien code, le législateur prévoyait pour le même régime et la même phase : l’exemption des droits et taxes de sortie, applicables aux produits préparés, manufacturés et exportés par l’entreprise et l’exonération de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux[5].

Au titre des garanties accordées aux investisseurs, il y a la protection des droits de propriété intellectuelle, notamment les brevets, marques et noms commerciaux, la protection de la propriété privée des biens ainsi qu’à tous ses aspects juridiques et commerciaux de la propriété, à ses éléments et démembrements, à sa transmission et aux contrats dont ils font l’objet. S’y ajoute la facilitation par l’État de l’accès des investisseurs aux zones industrielles aménagées, aux terres agricoles, aux zones d’intérêt touristique ou à toutes autres zones aménagées pour des investissements selon la réglementation en vigueur sans que cela puisse être perçu par l’investisseur comme une obligation de résultat.

Les exigences en matière du contenu local et de transparence dans la réalisation des investissements

On note une certaine responsabilisation des investisseurs dans leurs rapports avec les populations locales d’une part et le renforcement de la transparence dans la réalisation des investissements dans le Code d’autre part. Ainsi, les investisseurs internationaux sont exhortés à renforcer le savoir-faire du personnel local par la formation et le transfert de technologies[6]. Mieux, toute entreprise qui sollicite l’un des régimes privilégiés visés à l’article 4 de la loi de 2020 doit s’engager à contribuer à accroître la qualification de ses collaborateurs locaux, notamment par la formation continue, le développement de leurs compétences et le transfert de technologies[7].

En outre, le renforcement de l’exigence de transparence dans la réalisation des investissements se manifeste dans le code à travers l’interdiction explicite de tout acte de corruption et de tout acte d’infractions connexes avant, pendant ou après son établissement par l’investisseur[8] ainsi que l’interdiction de l’utilisation des fonds pour réaliser l’investissement provenant d’activités illicites[9].

Le renouvellement du cadre institutionnel

Dans l’ancien code, la formulation de la demande d’agrément se faisait auprès du Ministre chargé du plan suivi de son examen et de son instruction par La Commission Technique Investissements (CTI). Cette commission proposait le retrait de l’agrément en cas de besoin et donne son avis motivé sur les demandes de remboursement des cotisations au fonds national d’investissement. Désormais, il existe trois principales institutions de l’État en charge de la promotion des investissements à savoir :

– L’Agence nationale en charge de la promotion des investissements qui est l’organe technique de l’État qui exerce les fonctions de guichet unique en vue de faciliter les formalités administratives relatives à l’agrément des projets attachés au Code de 2020. Elle veille également au suivi des cahiers des charges des entreprises[10].

– La Commission de Contrôle des Investissements qui est chargée de vérifier la conformité des investissements, le respect des engagements de l’investisseur et d’attester la fin de la période d’installation de l’investisseur [11]; et

 – Le Comité Interministériel de Promotion des Investissements (CIPI) qui est l’organe chargé du suivi et de l’évaluation de tous les investissements ayant bénéficié des avantages prévus par le nouveau Code. Il supervise également à travers sa cellule d’appui les activités de l’Agence nationale en charge de la promotion des investissements et celles de la Commission de Contrôle des Investissements[12].

Réaménagement des modes de règlement de différends liés aux investissements

L’ancien code tout comme le nouveau prévoit une procédure de règlement à l’amiable en cas de différends entre les investisseurs et l’État. L’accord transactionnel qui pourrait en résulter, tiendra sans doute lieu de loi aux parties qui s’efforceront de l’exécuter dans les meilleurs délais. Le Code de 2020 ajoute néanmoins que difficultés d’interprétation des dispositions du présent Code sont réglées par voie d’instructions ou de circulaires du Comité Interministériel de Promotion des Investissements sur proposition de l’Agence nationale chargée de la promotion des investissements.

En outre, les parties peuvent, désormais convenir de soumettre leur différend au Centre d’Arbitrage, de Médiation et de Conciliation (CAMeC) et et international à l’arbitrage de l’OHADA, de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (AMGI) et du CIRDI[13]. Il convient de noter que le choix du CAMeC et de la CCJA se justifie par le fait que le Bénin abrite le CAMeC d’une part et est membre d’autre part de l’OHADA dont la CCJA est une des institutions. Ce recours à la CCJA s’explique aussi par la réforme récente du droit de l’arbitrage OHADA qui s’ouvre désormais expressément à l’arbitrage d’investissement. 

Globalement, le Code, comporte nombre d’innovations visant à reviser le régime d’agrément, valoriser le contenu local et renforcer la protection des droits fondamentaux et la transparence à travers notamment la création d’une agence de gestion ainsi que de modes de règlements des différends.

Tableau synoptique des principales évolutions législatives

Points saillants

Code des investissements de 1990

Code des investissements 2020

Intérêts de la réforme

Champ d’application

– 1 régime de droit commun, 5 régimes privilégiés (A, B, C, D, E) et 1 régime spécial (entreprises artisanales et autres, dont le montant des investissements est égal dans certains cas à 20.000.000 FCFA et est compris dans d’autres cas entre 5.000.000 FCFA et 20.000.000 FCFA.

-3 régimes privilégiés et deux régimes spéciaux (le régime d’incitation sectorielle et le régime des investissements spécifiques).

Plus de prévisibilité dans le champ d’application de la loi et l’orientation des investisseurs.

 

Avantages fiscaux et garanties accordées aux investissements

-Suppression de certains avantages

 

Régime A

Pendant la période d’exploitation :

– Suppression de l’exonération de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

– Suppression de l’Exemption des droits et taxes de sortie applicables aux produits préparés, manufacturés et exportés par l’entreprise.

 

 

 

 

 

 

Régime B

Pendant la période d’exploitation :

– Suppression de l’exemption des droits et taxes de sortie, applicables aux produits préparés, manufacturés et exportés par l’entreprise ; – suppression de l’exonération de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux.

 

 

 

 

 

 

 

Régime C. Comporte les avantages du régime A et B.

 

 

Suppression du régime D et E.

 

-Insertion de nouveaux avantages :

Régime A

Pendant la période d’exploitation : Ajout de l’exonération de l’Impôt sur les Sociétés (IS), de l’Acompte sur Impôt assis sur les Bénéfices (AIB) et de l’impôt minimum forfaitaire ;

Ajout de l’exonération de la contribution des patentes et licences ; réduction de 50 % du montant du versement patronal sur salaires.

Régime B

 Pendant la période d’exploitation :  Ajout de l’exonération de l’impôt sur les sociétés (IS), de l’Acompte sur Impôt assis sur les Bénéfices (AIB) et l’impôt minimum forfaitaire ; exonération de la contribution des patentes et licences ; Ajout de la réduction de 80 % du montant du versement patronal sur salaires.

 

Régime C, comporte les mêmes avantages du régime A et B du CI 2020.

 

-Ajout d’un régime d’incitation sectorielle

-Les projets éligibles au régime des investissements spécifiques bénéficient d’une exonération totale des droits et taxes d’entrée, à l’exception de la taxe de voirie, de la taxe de statistique, du timbre douanier, du Prélèvement Communautaire (PC), du Prélèvement Communautaire de Solidarité (PCS) et du Prélèvement de Solidarité (PS) sur l’ensemble des investissements agréés.

 Les entreprises porteuses de ces projets sont sous le régime de droit commun pendant leur phase d’exploitation.

Attractivité du nouveau régime fiscal et renforcement des garanties accordées aux investisseurs

 

 

 

 

 

 

Garanties accordées aux investisseurs

 

 

Nouvelles garanties accordées aux investisseurs :

-Protection des droits de propriété intellectuelle, notamment les brevets, marques et noms commerciaux.

– La protection de la propriété privée des biens ainsi qu’à tous ses aspects juridiques et commerciaux de la propriété, à ses éléments et démembrements, à sa transmission et aux contrats dont ils font l’objet.

– Facilitation par l’État de l’accès des investisseurs aux zones industrielles aménagées, aux terres agricoles, aux zones d’intérêt touristique ou à toutes autres zones aménagées.

 

 

 

 

 

Renforcement de droits des investisseurs

Cadre institutionnel

– formulation de la demande d’agrément auprès du Ministre chargé du plan ;

– Examen et instruction des demandes d’agrément par La Commission Technique Investissements (CTI) ;

Cette commission propose le retrait de l’agrément en cas de besoin et donne son avis motivé sur les demandes de remboursement des cotisations au FONDS NATIONAL D’INVESTISSEMENT

Renouvellement du cadre institutionnel :

L’Agence nationale en charge de la promotion des investissements ; la Commission de Contrôle des Investissements ; le Comité Interministériel de Promotion des Investissements sont les 3 principales structures.

 Facilitation de la mise en œuvre des opérations relatives aux investissements par la mise en place d’un guichet unique assuré par L’Agence nationale en charge de la promotion des investissements

Règlement de différends

– Arbitrage ad hoc sous forme d’un Collège arbitral proposé par l’une ou l’autre des parties

– Arbitrage du Centre International pour Règlement des Différends Relatifs aux Investissements de la Banque Mondiale.

 

Consécration explicite de nouvelles institutions d’arbitrage comme le CAMeC, la CCJA et le CIRDI.

Diversification des offres d’arbitrage et promotion de Centres d’arbitrage nationaux.

 

[1] Article 11

[2] Ibid.

[3] Article 39.2 de l’ancien code. Notons que ces avantages fiscaux ont été supprimés dans le code de 2020

[4] Article 37.2 du code de 2020

[5] Article 43.2 de l’ancien code. Notons aussi que ces avantages fiscaux ont été supprimés dans le code de 2020.

[6] Article 21

[7] Article 23

[8] Article 25

[9] Ibid.

[10] Article 8 du code de 2020

[11] Article 9

[12] Article 10

[13] Article 45

Partager.

Répondre