fbpx

Opération d’acquisition: La faillite d’Alteo offre à la Guinée l’opportunité de produire les alumines de spécialité

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une guerre commerciale en Asie, des prix des alumines qui ont été en chute libre et c’est peut-être le bonheur de la Guinée, qui dispose de l’une des plus grosses réserves de bauxite au monde. Les choses se sont enchaînées depuis l’été dernier et finalement c’est un citoyen guinéen d’origine libanaise qui se retrouve repreneur d’Alteo, leader mondial d’alumine de spécialité. Les choses pourraient ne pas s’arrêter là, puisque l’activité du groupe français de plus de120 ans d’existence pourrait être transférée vers la Guinée.

En juin de décembre 2019, Alteo, premier producteur mondial d’alumines de spécialité, annonce ses difficultés financières à cause de la chute vertigineuse des prix et débute une procédure de redressement judiciaire. Un peu plus d’une année plus tard, c’est le guinéen United mining supply (UMS) qui est le mieux placé pour en être le repreneur. En effet, depuis le 7 janvier, le plan de reprise d’Alteo, société qui existe depuis 125 ans, est validé par le tribunal de commerce de Marseille.

Or le groupe UMS du guinéen d’origine libanaise Fadi Zawni est déjà présent dans la production de bauxite, la matière première permettant de produire l’aluminium. En effet, avec 30% du capital, UMS est l’un des actionnaires de référence de la société minière de Boké (SMB) qui exploite la bauxite guinéenne. Les deux autres associés dans le capital d’UMS sont le chinois Shandong Weiqiao et le singapourien Winning Shipping.

Si l’opération de reprise d’Alteo est bouclée, il est très probable que l’activité de production d’alumine de spécialité sera transférée en Guinée. En effet, UMS a toujours projeté de réaliser une intégration verticale en se lançant dans la production d’aluminium. Ce sera donc une aubaine d’aller vers des produits beaucoup plus technologiques pour l’économie guinéenne. Car, faut-il le rappeler, l’alumine de spécialité est destinée aux écrans des smartphones ou encore aux batteries des voitures de sécurité.

Partager.

Répondre