fbpx

Sukuk : Le Sénégal lève 330 milliards de FCFA, la plus grande opération du marché financier sous-régional

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Sénégal a émis avec succès un Sukuk record de 330 milliards de francs CFA, réalisant la plus grande opération de l’histoire du marché sous-régional, a annoncé le ministère sénégalais des Finances et du Budget.  
 »L’Etat du Sénégal, par le biais de la Société de Gestion et d’Exploitation du Patrimoine bâti de l’Etat (SOGEPA) comme véhicule financier, a procédé, mardi, à la mobilisation du premier emprunt obligataire (Sukuk) émis, au sein de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA), en conformité avec les principes de la finance islamique par une société », indique le ministère dans un communiqué. 

« Cette levée de fonds a suscité une forte adhésion des investisseurs de la sous-région et du Moyen-Orient avec un taux de couverture de l’émission supérieur à 110% en 3 jours de souscription », ajoute le communiqué. Le ministère note qu’à travers « cette opération qui constitue la plus grande émission en termes d’envergure réalisée, à date, sur le marché sous-régional, l’État du Sénégal demeure fidèle à sa tradition de pôle d’innovation financière au niveau du marché sous-régional ».  Il souligne que « cette opération, premier Sukuk émis par une société en Afrique sub-saharienne, ouvre des perspectives nouvelles à la finance islamique dans le continent en impulsant une nouvelle dynamique sur ce compartiment de marché », relevant qu’avec ce Sukuk, le Sénégal « initie la première émission avec trois tranches simultanées, une tranche à 7 ans pour un montant de 55 milliards de francs CFA, une deuxième tranche à 10 ans pour le même montant et une troisième tranche de 15 ans pour un montant de 220 milliards de FCFA ». « Ces différentes tranches ont une marge de profit respective de 5,80 %, 5,95 % et 6,10 % », explique le ministère.  « Le Sukuk concrétise, également, l’approche novatrice de l’Etat du Sénégal concernant la gestion de son patrimoine bâti, à travers la SOGEPA »,  Selon le ministère des Finances, la valorisation du patrimoine bâti de l’Etat, dans le cadre de cette opération, permet d’en faire un levier de soutien à la politique de gestion des finances publiques et d’amélioration du parc d’immeubles à usage administratif.  Le communiqué signale que « des économies substantielles seront réalisées par l’Etat sur les charges locatives d’immeubles à usage administratif ».  Il explique que le Sukuk, par le rachat des contrats de crédit-bail, « permet à l’Etat du Sénégal de passer, de simple locataire, à propriétaire des Sphères Ministérielles de Diamniadio ». En plus, les fonds levés « permettront de réaliser des investissements au plan national pour conforter le contrôle de l’Etat sur des actifs stratégiques touchant à notre souveraineté ou à forte rentabilité, notamment la prise de participation dans des activités telles que le Port de Ndayane ou encore la Société de gestion de l’Autoroute à péage, etc.) »  Le communiqué rappelle que sur la base des orientations définies par le chef de l’Etat, « l’opération a été réalisée sous la coordination du Ministère des Finances et du Budget, tutelle technique et financière de la SOGEPA ».  La Banque islamique du Sénégal (BIS) a été l’Arrangeur principal de l’opération, la Société islamique pour le développement (Groupe de la Banque Islamique de Développement), le co-arrangeur et CGF Bourse, Société de Gestion et d’intermédiation, chef de file, indique le texte.

Partager.

Répondre