fbpx

Zambie : Edgar Lungu réussit la nationalisation du cuivre

Pinterest LinkedIn Tumblr +
 
 
Il y a tout juste 8 mois, la Zambie voyait l’avenir en noir, tant ses perspectives financières étaient mauvaises. Aujourd’hui, c’est tout le contraire, les caisses du trésor public zambien retrouvent des couleurs.
 
Les finances de la Zambie demeurent fortement corrélées aux cours du cuivre qui sont la principale source de revenus du pays. Or, depuis le deuxième semestre 2020, les cours remontent régulièrement. Et actuellement la tonne de cuivre dépasse la barre des 10.000 dollars US, soit le double de son cours de la même période de l’année dernière.
Mais ce n’est pas l’unique raison pour les autorités de Lusaka de se réjouir. Car, la Zambie a pris le contrôle des mines de cuivre de Glencore, de sorte que la compagnie nationale, la Zambia Consolidated Copper Mines (ZCCM) est en passe de gagner sur ls deux tableaux.
 
En réalité, Edgar Lungu, le Président zambien a forcé la main à Glencore qui a finalement préféré se retirer de l’exploitation cuprifère. Car, comme beaucoup de pays africains, quand les ressources sont exploitées par des entreprises étrangères, il arrive souvent que le trésor se trouve avec des miettes quand l’essentiel de la valeur ajoutée est réexportée sous force de dividende.
 
«Le fait de posséder des intérêts dans certaines mines stratégiques donne à l’Etat le levier nécessaire pour utiliser les ressources minérales au profit de la nation », expliquait le chef de l’Etat zambien dans un discours en décembre dernier.
 
La tournure que prennent les évènements montre que la perspective de nationalisation de l’exploitation des ressources minières devrait être sérieusement envisagée par beaucoup de pays africain.
Partager.

Répondre