fbpx

Afrique de l’Ouest et Sahel : La Chine appelle au dialogue pour résoudre les différends politiques

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le représentant permanent adjoint de la Chine auprès des Nations Unies, Dai Bing, a appelé jeudi au dialogue pour résoudre les différends politiques en Afrique de l’Ouest et au Sahel.  Des efforts doivent être déployés pour « rester engagé dans la direction générale de la résolution des différends politiques (en Afrique de l’Ouest et au Sahel) par le dialogue », a-t-il, lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), dit.

Evoquant les élections au Nigeria, au Sénégal, en Sierra Leone, au Bénin et au Togo, entre autres, M. Dai a estimé que « la communauté internationale doit respecter la souveraineté et le leadership des pays régionaux, les aider à suivre des voies de développement adaptées à leurs conditions nationales et aider les parties concernées à résoudre les différends par le  dialogue ». La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a récemment décidé de lever ses sanctions contre le Mali.

“Recherches des solutions africaines”

« La Chine soutient l’Afrique dans la recherche de solutions africaines aux dossiers africains et soutient la CEDEAO pour continuer à maintenir le dialogue avec des pays en transition politique, afin de faire avancer ensemble cette transition politique sur la bonne voie », a dit le diplomate chinois.  Evoquant la sécurité et la stabilité dans la région, M. Dai a noté que « des forces terroristes violentes dans la région ont fréquemment lancé des attaques, étendant leurs activités des pays du Sahel vers des pays côtiers le long du golfe de Guinée, gravement compromettant la sécurité et la stabilité régionales ».

« L’antiterrorisme est une guerre globale. Et les pays dans la région forment une communauté de sécurité inséparable. La Chine soutient ces pays pour renforcer la coopération en termes d’équipement, de renseignement et de logistique, pour promouvoir le désarmement, la démobilisation et la réintégration des ex-combattants et pour contrôler activement et efficacement la propagation du terrorisme », a indiqué le diplomate.

G5 Sahel encensé

M. Dai a fait l’éloge d’importants efforts et sacrifices des pays du G5 Sahel pour limiter la propagation des forces terroristes au fil des ans, qualifiant de « vraiment irremplaçable » leur rôle dans la lutte contre le terrorisme dans la région et l’ensemble du continent africain. « Nous espérons que les cinq pays (du G5 Sahel) saisiront l’opportunité de la levée par la CEDEAO des sanctions contre le Mali pour renforcer la solidarité et la coopération, éliminer les obstacles et ériger un rempart antiterroriste régional », a-t-il dit, ajoutant que son pays soutenait l’Union africaine et l’UNOWAS « pour mener une évaluation stratégique conjointe du dossier du Sahel et donner un nouvel élan à la coopération antiterroriste régionale ».

Partager.

Répondre